Prétendue arrestation de Abdoulaye BAH de l’UFDG : le ministre Mory Condé revient sur ce qui s’est passé à la frontière…

Aux environs de 21 heures hier dimanche 25 sept. 2022, des informations parues dans la presse ont fait état de l’arrestation à Koundara de l’ancien président de la délégation spéciale de Kindia. Abdoulaye Bah qui se rendait au Sénégal avec son père malade et âgé et 81 ans a été empêché dans un premier temps de pouvoir continuer son chemin. En cause, les documents qu’il avait, n’était pas en règle selon le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, Mory Condé qui a donné des explications à cet effet ce lundi matin sur FIM FM dans l’émission « Mirador ».

« Monsieur Abdoulaye Bah citoyen guinéen se rendant à Dakar avec son papa malade et un chauffeur abord d’un véhicule immatriculée RC en Guinée. Pour se rendre dans un pays de la CEDEAO, mais c’est clair, lorsque vous avez un véhicule immatriculé RC de la Guinée et MD du Mali ou RS du Sénégal et que vous deviez vous rendre dans un pays de la CEDEAO, le principe de la libre circulation de personnes et de leurs biens voudrait, que les citoyens soient munis d’un laissez-passer de la CEDEAO. Ces laissez-passer sont délivrés par la douane parce que vous n’êtes pas sans savoir qu’il y a une tarification douanière et des recettes qui sont prélevées chaque année au niveau des douanes de chaque pays membre de la CEDEAO servent de contribution », entame-t-il ses explications.

Poursuivant, Mory Condé précise : « maintenant monsieur Abdoulaye Bah est arrivé au poste de Boundoufoudoun avec un laissez-passer délivré par la police régionale de Kindia, je suis formel là-dessus parce que j’ai eu a échangé avec lui. Lorsqu’il est arrivé le papa étant malade, il a 81 ans et les agents se sont passés de bien vérifier toute la documentation. Au moment juste ou les agents étaient en train de dire à Abdoulaye Bah de continuer et de bénir pour l’état de santé du papa, tout de suite il y a un agent de la police qui a demandé encore à revoir les documents, ça énervé Abdoulaye Bah. Lorsque cet agent à regarder, il a trouvé effectivement que le doute qu’il avait, était fondé. Le document dont disposait monsieur Abdoulaye était un laissez-passer délivré par la police de Kindia. Il a demandé ainsi au chauffeur de se retourner et de s’asseoir. De discussion en discussion monsieur Abdoulaye Bah ne voulant pas se soumettre, le policier a dit je suis formel vous n’êtes pas en règle, la preuve est que le document dont vous disposez a été délivré par la police régionale de Kindia. Et cela n’est valable que lorsqu’un citoyen par exemple qui s’est fait saisir les documents de son véhicule par des policiers ou des gendarmes en Guinée ou il a perdu les pièces de son véhicule. La police ou la gendarmerie peut lui délivrer un laissez-passer qui lui permet de circuler en attendant de récupérer ou de régulariser la situation des pièces de son engin. Mais lorsqu’il s’agit de sortir du territoire national c’est la douane qui délivre.

Donc après (…) le policier a demandé à Abdoulaye Bah de se retourner, ne voulant pas se soumettre il y a eu des altercations, il s’est retourné. L’agent dit alors vous attendez là. Comme le responsable de la police frontière était absent, il était parti pour une réunion. Abdoulaye Bah est resté en attente. Une heure après il est venu demander au policier mais comment vous pouvez me faire asseoir ici pendant que mon papa est malade, le policier dit nous on a été le premier à vous faciliter la tâche ayant vu un papa aussi âgé avec vous mais lorsque vous n’êtes pas en règle et que vous nous facilitez pas la tâche, vous allez attendre l’arrivée de notre chef pour qu’il essaye de voir qu’est-ce qui peut être fait pour permettre à ce papa d’aller se soigner », a le patron du MATD.

Aux dernières nouvelles, nous apprenons que tout serait se réglé et que Abdoulaye Bah a pu continuer son chemin pour aller au Sénégal.

Abdoulaye BANGOURA, pour FlashGuinee.info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Share to...