Procès du 28 septembre : la présence de Dalein, Bah Oury, Mouctar Diallo et Cie requis sur le banc des accusés

Au-delà des personnes accusées du massacre du 28 septembre, le coordinateur du Front national de la défense de la transition (FNDT), Keamou Bogola Haba, estime que les organisateurs du rassemblement au stade de Conakry en 2OO9 doivent répondre pendant ce procès qui s’est ouvert, hier mercredi 28 septembre.

Cet ancien allié de Cellou Dalein Diallo estime que les juges en charge de conduire ce procès d’envergure ne doivent pas seulement s’intéresser aux conséquences visibles des évènements, mais aussi s’intéresser aux causes ayant engendré le 28 septembre 2009.

« Par conséquent, tous les partis politiques qui ont organisé cet évènement ayant souillée l’image et la réputation extérieure de la république de Guinée, de la date historique du 28 septembre et du stade mythique du 28 septembre n’ont pas le droit de se taire comme le demande la direction de l’UFDG à ses militants qui pourtant se sont constitués en victimes de premier rang et dont le président du parti a déjà été indemnisé en 2010 par la République de guinée à coup de milliards de nos francs », rappelle Keamou Bogola Haba.

Il assure que les Guinéens ont besoin d’entendre toutes les personnes impliquées dans ce dossier du massacre au stade de Conakry.

« Que la vérité soit dite sur les événements du 28 septembre 2009. Qui a planifié quoi en guinée et á l’étranger avant le 28 septembre 2009, qui a fait quoi le jour du 28 septembre 2009 et après le 28 septembre 2009 jusqu’au 3 décembre 2009, pourquoi la date historique du 28 septembre et le stade mystique « fermé » du 28 septembre ont été choisis par les organisateurs et non une autre date et un autre lieu non symbolique et « ouvert », interroge Keamou Bogola Haba.

Selon lui, « ces questions et tant d’autres doivent être répondu aussi bien par les accusés que par les organisateurs à l’occurrence le président de la commission d’organisation des événements du 28 septembre 2009, notre bien aimé frère amadou Oury Bah de l’UFDG au moment des faits, aujourd’hui leader de l’UDRG et ses amis de la commission d’organisation dont nos compatriotes François Lounceny Fall, Mohamed Diané du RPG, Mouctar Diallo des NFD etc. »

Aissata Balde

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Share to...