Éléphants de Colèah et Soar Académie cités dans un possible blocage de carrière d’un footballeur guinéen : « ces clubs (…) tentent de me soutirer de l’argent pour obtenir des documents »

Selon nos confrères de guineefoot, le défenseur Mohamed Kalil Traoré voit la suite de sa carrière fortement menacée par un problème de documents dans lequel sont cités ses clubs formateurs en Guinée. Ceux-ci sont Éléphants de Colèah et l’académie Soar. Cette dernière est réinventée sur les cendres du club Olympique de Coyah.

D’après toujours notre source, le joueur Mohamed kalil Traoré qui est en passe de changer de club de l’Israël pour la Bulgarie, pourrait possiblement voir le processus normal de son transfert ne pas continuer. Cela, suite à une incompréhension entre Éléphants de Colèah et l’académie Soar qui chacun de son côté s’arroge le droit de club formateur du joueur concerné. Cette incompréhension serait née du fait que l’ancien club Israélien de kalil se serait mal comporté en vers les deux clubs guinéens qui avaient saisi même la FIFA pour le versement dans leurs comptes bancaires de l’indemnité de formation de kalil. Mais c’était sans suite, apprend-on.

Toute chose qui aurait fait prendre Hapoel Tel Aviv la décision de vendre son joueur en Bulgarie d’où le club voulant l’enrôler éprouve des difficultés à cet effet. En clair, c’est que ce club bulgare ne peut pas faire signer Kalil sans l’accord minime qu’il soit de ses clubs formateurs, notamment Éléphant de Colèah et l’Académie Soar.

Sur Guineefoot, l’international guinéen a raconté ce qu’il traverse actuellement :

« Après une formation dans différents clubs de Guinée comme l’Academie Sainte-Marie, Éléphants de Coleah, CO de Coyah, SOAR et CI Kamsar, en tant que joueur Amateur, j’ai signé mon 1er contrat professionnel en Europe l’année dernière à l’Hapoel Tel Aviv en Israel. A cette occasion et comme le stipule le règlement de la FIFA, le club israélien a du payer les indemnités de formation à mes différents clubs formateurs guinéens. Les indemnités de formation ne pouvant être touchées qu’une seule fois par les clubs formateurs, aujourd’hui aucun autre club professionnel qui souhaite me proposer un contrat professionnel n’aura à payer d’indemnités de formation à ces clubs guinéens. Malheureusement aujourd’hui Coleah et Coyah (SOAR maintenant) ne veulent pas me libérer et je suis bloqué par ces clubs qui tentent de me soutirer de l’argent pour obtenir des documents ».

Au regard de la situation et à la lecture des propos du joueur si rien n’est fait surtout à temps dans ce processus de transfert, c’est-à-dire que si les parties intéressées ne se comprennent pas, l’opération de transfert du l’ancien sociétaire du CIK pourrait échouer et Kalil pourrait consécutivement se retrouver sans club. Ce qui le conduira sans doute au chômage.

Faut-il préciser que toutes nos tentatives dans le besoin d’équilibrer cette information auprès des clubs cités sont restées vaines.

Hamidou Kibola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Share to...