Kissidougou : Charles Wright révèle une affaire de corruption orchestrée par un substitut du procureur

Incroyable mais vrai, à Kissidougou un des substituts du procureur général près le tribunal d’instance aurait demandé une forte somme d’argent à deux détenus, afin qu’ils recouvrent leur liberté.

C’est le ministre de la justice et des droits de l’homme en personne qui a fait la révélation, ce samedi, en présence des magistrats du tribunal de Kissidougou. D’après lui, le substitut en question serait de mèche avec le régisseur de la maison d’arrêt. Il précise que les deux détenus n’avaient trouvé qu’un montant d’un et deux millions GNF pour obtenir leur remise en liberté.

«On m’a dit qu’il y a un substitut qui a demandé 19 millions GNF pour la libération des deux personnes qui sont de l’autre côté. Je suis au courant de ça. Il a demandé 19 millions GNF. Mais l’autre n’a pu payer qu’un million et deux millions (…). Oui, un magistrat qui demande 19 millions parce que tout simplement l’autre régisseur doit quitter, alors il faut négocier vite pour ne pas qu’il quitte. Vous avez vu pourquoi j’ai fait le mouvement général des régisseurs. Ce n’est pas pour ne rien je les ai tous fait bouger (…). Le système était enraciné. Personne n’était préparé, donc, il faut faire vite avant de bouger, il y a de ces cas ici, il faut les négocier, c’est ça la vérité », a-t-il lâché

Ainsi, le garde des Sceaux a invité le procureur d’instance à veiller sur ses substituts en sa qualité de chef de parquet. Faute de quoi, on le tiendra responsable des inconduites de ces derniers.

Il a par ailleurs fustigé le traitement inhumain infligés aux détenus de la maison d’arrêt.

« C’est inimaginable, pour te faire sortir de ta cellules pour venir dans la cour, les minutes sont comptées et puis tu paies. Les régisseurs sont devenus maintenant des percepteurs d’impôt »,a-t-il déploré.

Charles Wright n’exclut pas de revenir à Kissidougou pour des missions d’inspection inopinée.

« Moi je suis imprévisible dans mes actions de règlementation et de contrôle », a conclu le garde des Sceaux.

La délégation a quitté Kissidougou pour Guéckédou, où elle doit poursuivre sa mission de vulgarisation des textes de loi.

source: mosaïqueguinee.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Share to...