Procès massacre du 28 sept. : l’avocat de Toumba dénonce les conditions de préparation « ça reste encore à désirer… »

Malgré des efforts consentis par les nouvelles autorités pour l’organisation du procès du massacre du 28 septembre 2009, Maitre Paul Yomba Kourouma avocat de Toumba déclare qu’à date que ce procès ne pourra pas avoir lieu. Cela à cause du niveau de préparation dudit procès qu’il déplore.

Interrogé ce jeudi 8 septembre 2022 dans l’émission les grandes gueules d’espace TV, l’avocat de Toumba Diakité trouve qu’il est impossible de tenir ce procès à la date du 26 septembre 2022 comme souhaité par les nouvelles autorités du pays.

« C’est impossible dans les conditions actuelles, au niveau de la préparation ça reste encore à désirer. Nous parlons de pourcentage alors qu’à ce stade là, nous devrions dire que tout est prêt. Il y a la question de la formation des magistrats, vous avez entendu qu’ils sont en train de faire des simulations de procès. Alors que c’est tout un entrainement, un art c’est comme s’ils n’avaient pas été à l’école de droit, comme s’ils n’étaient pas passé par le centre de formation judiciaire, comme s’ils n’avaient pas été déclaré apte à la profession et renvoyé tel dans l’exercice de leur fonction.

Il y a aussi la question de la compétence de la légitimité de cette formation judiciaire qui va se passer. Parce que les règles de procédures n’ont pas changé. La loi n’a pas été abrogée et il est claire que le tribunal compétent territorialement, matériellement compétent pour connaitre cette affaire c’est le tribunal criminel de Dixinn », déclare Maitre Paul Yomba Kourouma

Dans cette émission, l’homme en robe a déploré le silence des défenseurs des droits de l’homme du pays au sujet de Toumba Diakité. Pour lui, ces derniers ne se sont jamais souciés de la maladie de son client en prison.

« Voilà un homme depuis bientôt 6 qui ans n’a pas vu un médecin. Il n’a même pas vu un infirmier, il ne s’est jamais vu administrer un comprimé émanant d’une prescription médicale. Il a un diagnostic qui est établi, des recommandations faites mais jamais une prise en charge, sa maladie devient chronique, son mal le ronge. Et voilà quelqu’un qu’ils vont présenter devant le tribunal pour être jugé et répondre les 15 chefs d’inculpation et les défenseurs des droits de l’homme n’ont jamais levé le petit doigt pour intervenir en sa faveur. Alors que même quand des gens ont des céphalées à la maison centrale on leur envoie dans des cliniques de la place pour être traités. Donc Toumba est là avec sa pathologie, elle n’a jamais été touchée », regrette-t-il.

Cette sortie médiatique de l’avocat de l’ancien aide de camp de Dadis Camara, intervient au moment où le procureur adjoint de la CPI (cour pénale internationale), Mandiaye Niang séjourne à Conakry dans le cadre de la visite du chantier des travaux de réalisation des infrastructures qui abriteront ce procès  de massacre du 28 septembre 2009.

Abdoulaye Bangoura FlashGuinée

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Share to...