Les vérités de Siaka Barry au premier ministre de la transition

Le président du MPDG, représentant de la Coalition nationale pour la refondation politique (CONAREP), présent à l’ouverture du cadre de concertation et de dialogue inclusif, ouvert ce lundi 27 juin, a pointé du doigt les maux à l’origine de la division entre la classe politique guinéenne et le CNRD.
Selon Siaka Barry, pour bâtir la paix en Guinée, il faut la bienfaisance, de la confiance, de la justice entre les différentes parties prenantes au cadre de concertation et de dialogue.
« Pour bâtir la paix, il faut la bienfaisance. Pour bâtir la paix, il faut de la confiance. Pour bâtir la paix, il faut la justice. Posons-nous la question de façon très sincère. Nous qui sommes dans cette salle, nous acteurs politiques, existe-t-il aujourd’hui la bienfaisance entre nous dans ce pays ? Je répondrai non. La solidarité a disparue. Existe-t-il la confiance entre nous dans cette salle ? Je dirai non. Ne faisons pas la politique de l’autruche. Il n’y a pas de confiance. Entre les acteurs politiques, nous nous regardons en chien de faïence. Entre nous et le CNRD, nous nous regardons en chien de faïence. Entre le gouvernement et nous, nous sommes à couteau tiré. Il n’y a plus de confiance », a rappelé Siaka Barry.

Par ailleurs, le porte parole de la CONAREP a fustigé la démarche de la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF) qui selon lui est entrain de devenir très inquiétante.

Existe-t-il la justice ? Nous avons une justice aujourd’hui chancelante. Nous avons une justice qui avait commencé par nous rassurer par la création de la célèbre CRIEF. Oui, pour les acteurs politiques ou administratifs qui ont eu un jour à gérer les deniers publics doivent se soumettre à la reddition des comptes. Mais le schéma aujourd’hui qui sous-tend la démarche de la CRIEF commence à devenir de plus en plus inquiétante », a indiqué Siaka Barry avant d’ajouter : « Comment allons-nous bâtir une Guinée de paix si les principaux acteurs politiques aujourd’hui sont inquiétés sur une base politique ? Ce n’est pas possible. Allons dans une démarche inclusive. Jamais au cours de l’histoire de la Guinée, nous n’avons enregistré autant de méfiance et de suspicion entre les acteurs politiques, jamais. Aujourd’hui, un ancien premier ministre croupit dans les cachots du désespoir. Aujourd’hui, un ancien président de l’Assemblée nationale croupit dans les cachots du désespoir. Aujourd’hui, on a créé une tunique à la Dalaï Lama qu’on est entrain de confier à Cellou Dalein Diallo qui est entrain de se promener à travers le monde. Aujourd’hui, on a réduit Sidya Touré au rôle d’un simple SDF. Monsieur le premier ministre, je ne suis pas contre la justice mais mettez-vous en œuvre pour que cette justice soit enfin diligente. Que ceux qui sont arrêtés, au lieu de dénier à ceux là, le statut de prisonnier politique, qu’on les situe sur leur sort. C’est ce qui pourra profiter à la paix et à la sérénité. On a toujours dénié que Ibrahima Kassory Fofana n’est pas un prisonnier politique. Je vous dirai que s’il n’est pas un prisonnier politique, personne ne peut dénier qu’il est un politique en prison. Amadou Damaro Camara n’est pas un prisonnier politique mais c’est un politique en prison. Cellou Dalein Diallo n’est pas un exilé politique mais c’est un politique en exil. Monsieur le premier ministre, impliquez vous pour que la paix revienne », a-t-il ajouté.
Pour le retour à l’ordre constitutionnel, le président du MPDG et porte parole de la CONAREP souligne que : « Quant aux questions liées au retour à l’ordre constitutionnel, ces questions sont d’ordres techniques. Il vous appartient à vous et à Monsieur le ministre de l’administration du territoire de statuer la dessus. Le contenu du chronogramme, le contenu du fichier, la question sur l’OGE qui n’est pas encore tranchée et quoi sais-je encore ? Ces questions d’ordres techniques, aujourd’hui ne doivent pas voiler ces premières questions d’ordre vital de notre nation parce que in fine, l’objectif de cette transition n’est pas simplement un retour à l’ordre institutionnel. L’objectif est de parvenir à des institutions viables, des institutions stables qui peuvent bâtir le développement de demain. Or dans ce pays, on parle peu de développement », a déclaré Siaka Barry.

Concluant, le porte parole de la CONAREP invite le président de la transition d’accepter que la transition qu’il dirige soit une phase de révolution pour la Guinée « Pour finir monsieur le premier ministre, j’aimerai que vous transmettiez très fidèlement et très sincèrement à son excellence le colonel Mamadi Doumbouya, qu’il accepte que cette phase transitoire soit une phase de révolution pour la Guinée. Mais qu’il cesse de faire croire que le 5 septembre a donné simplement naissance à une révolution de palais »

Mdeiaguinee.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Share to...