Fodé Oussou à l’AG de l’UFDG : « les problèmes qu’on a ce n’est même pas avec le CNRD…… les problèmes qu’on a c’est les partis politiques »

Comme d’habitude, l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a tenu son assemblée générale hebdomadaire ce samedi 10 décembre 2022 à son siège national. L’assemblée a été présidée par le vice-président chargé des affaires juridiques du parti. Devant les militants du parti, docteur Fodé Oussou Fofana a fait savoir que les problèmes qu’il y a sur la scène politique nationale, ce n’est pas avec le CNRD mais plutôt avec les partis politiques.

« Les problèmes qu’on a ce n’est même pas avec le CNRD, les gens ne comprennent pas, les problèmes qu’on a c’est les partis politiques. C’est le seul pays dans le monde où on peut voir des leaders des partis politiques considérés les autres comme de l’opposition, eux ils sont de la mouvance, nous, nous sommes de l’opposition, ils nous ont préparé et mettent dans la tête des gens que nous sommes de l’opposition pourtant actuellement il n’y a pas de mouvance ni d’opposition. Le CNRD au pouvoir, les autres partis sont de côté sinon un leader de parti politique, qui crée son parti doit avoir pour ambition d’être président », indique-t-il.

Poursuivant sur la lettre de la CEDEAO sur la localisation du cadre de dialogue inter-Guinéen, l’ancien député de la 8ème législature souligne que le souhait de l’UFDG est que le problème se règle à Conakry.

« Notre souhait à l’UFDG est que le problème se règle à Conakry, on ne souhaite même pas qu’on règle le problème à l’extérieur, nous voulons que ça soit réglé ici devant tout le monde mais la CEDEAO a dit si vous ne vous entendez pas d’aller à l’extérieur. Les gens disent non, on dirait que c’est la première fois. Sur le plan africain, dans les années 1990, les ivoiriens se sont retrouvés à la banlieue française(…) pour le dialogue inter-ivoirien, ils se sont déplacés pour aller mais ça ne veut dire qu’ils ne sont pas ivoiriens, qu’ils n’aiment pas leur pays…. Ils sont allés là-bas pourquoi ? C’est pour trouver une solution. En 2009, la classe politique Guinéenne et la société civile Guinéenne étaient à Ouaga autour de Blaise comparé pour parler de la fin de la transition, ceux qui sont en train de crier là, ils étaient les premiers là-bas… », indique-t-il.

Sow Diaguissa pour Flashguinee.info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Share to...