Info d'ici et d'ailleurs

Violences à Wanindara : L’ONG Avocat Sans Frontière accuse l’Etat Guinéen de bafouer les droits humains

Les exactions que les citoyens de Wanindara subissent préoccupent les défenseurs de droit de l’homme. Le président de l’ONG avocat sans frontière soutien que les droits humains sont bafoués par l’Etat guinéen. Maître Koné Aimé Christophe Labilé invite les autorités Guinéennes à mettre fin à ces exactions et de punir les auteurs de ces actes.

Depuis quelques semaines, les citoyens de Wanindara vivent dans une psychose grandiose. Ce, à cause des exactions que les forces de sécurités seraient en train de commettre sur eux. Pas plus tard, dans la nuit de jeudi à vendredi, deux familles auraient fait l’objet d’attaque de la part des hommes en tenue. Et selon nos informations, beaucoup de bien ont été importés. Une attitude que déplore le président de l’ONG avocat sans frontière.

« Les droits de l’homme se portent très mal dans notre pays depuis un certain nombre d’année. Pour le cas particulier de ce qui est arrivé à Wanindara, nous avons appris que nuitamment, des individus non identifiés sont venus agressés les policiers et qu’à cela qu’on ne puisse pas dans un état de droit mener une enquête sérieuse, chercher à identifier les auteurs, coauteurs ou complice, terroriser tout un peuple dans sa quiétude normale » a affirmé Maître Koné Aimé Christophe Labilé.

Selon Maître Koné Aimé Christophe Labilé, l’Etat est en train de violer ses engagements sur les respects des droits humains en Guinée. « Les engagements que l’Etat Guinéen a souscrit ne sont pas respectées par ce même Etat. Nous sommes état parti à beaucoup d’accords, des traités internationaux qui nous obligent en tant qu’Etat à respecter un certain nombre de principe » ajoute notre interlocuteur.
Vu l’ampleur que ces exactions prennent à Wanindara, le président de l’ONG avocat sans frontière envisage de déployer des enquêteurs sur le terrain pour faire l’état des lieux.

MLT, flashguinee.info