Tribune : Quel est rôle attribué à la jeunesse Guinéenne ? s’inquiète Eugène Capi Balamou

Dans son recueil  » Lettre à la jeunesse  » parue le 14 décembre 1897, le journaliste et l’écrivain français Émile Zola relatait ceci :  » jeunesse, jeunesse ! Sois humaine, sois généreuse « .

« Ô jeunesse, jeunesse ! Je t’en supplie, songe à la grande besogne qui t’attend. Tu es l’ouvrière future, tu vas jeter les assises de ce siècle prochain, qui, nous en avons la foi profonde, résoudra les problèmes de vérité et d’équité posés par le siècle finissant. Nous, les vieux, les aînés, nous te laissons le formidable amas de notre enquête, beaucoup de contradictions et d’obscurités peut-être, mais à coup sûr l’effort le plus passionné que jamais siècle ait fait vers la lumière, les documents les plus honnêtes et les plus solides et les fondements mêmes de ce vaste édifice de la science que tu dois continuer à bâtir pour ton honneur et pour ton bonheur. Et nous ne te demandons que d’être encore plus généreuse, plus libre d’esprit, de nous dépasser par ton amour de la vie normalement vécue, par ton effort mis entier dans le travail, cette fécondité des hommes et de la terre qui saura bien faire enfin pousser la débordante moisson de joie, sous l’éclatant soleil. Et nous te céderont fraternellement la place, heureux de disparaître et de nous reposer de notre part de tâche accomplie, dans le bon sommeil de la mort, si nous savons que tu nous continues et que tu réalises nos rêves.
Une manière d’inciter cette couche juvénile à faire une prise de conscience solide face à la vie.
De même,  l’auteur diankhitek galvanise la jeunesse à travers sa citation qui résume ceci : << Profitez de votre jeunesse, cultivez vôtre esprit, afin de bâtir un avenir meilleur >>.
Cela démontre une pensée mesurée pour que, l’idée de la réussite jalonne un tout petit peu les jeunes et, de surcroît pour visualiser une tendance jugée anodine face à la  lutte de concrétisation des faits qui entourent l’univers terrestre.
En Guinée, la jeunesse a t’elle une place reluisante face à la prise de décision des problèmes qui assaillent le bercail, quel est son regard sur les faits de la nation ? 
Cette panoplie de questionnement pourrait se résumer par l’oeuvre  du poète Suivi qui a retracé véritablement en quelques lignes de paragraphe la cause qui mine cette couche juvénile, quand il dit ceci : << je n’ai pas trouvé  la jeunesse chez les jeunes >>…
  1- La politique  au centre des préoccupations de la jeunesse Guinéenne . 
 
La nation Guinéenne regorge en son sein de vastes potentialités en ressources naturelles et sous naturelles, mais la mauvaise gestion de ses richesses fait en sorte que les futurs cadres qui, sortent chaque année dans les institutions d’enseignement supérieur trouvent assez de difficultés afin de trouver, même un simple stage dans ces zones d’exploitation, à plus forte raison une embauche.
Cela, puis que chaque année, les universités Guinéennes mettent sur le marché d’emplois une fourmilière de diplômés, poussent aveuglément ces derniers, qui n’ont plus de choix, surtout avec l’extrême pauvreté du continent, véritablement de la plupart des ménages du pays à opter sans analyse profonde ce chemin.
Un endroit, dont  les dirigeants occultent les faits rocambolesques, surtout avérés d’une fiction inédite, car là-bas, l’art est le maître des mots, et la parole le chef des thèmes.
2- l’homme politique Guinéen, véritable sacerdoce de diviser pour résigner ( surtout la jeunesse en première ligne ) ! 
 
L’homme politique Guinéen passe par toutes voies et moyens pour faire la supercherie chez la jeunesse, à-travers des intentions modérées pour triompher dans le but assez alarmant. 
Ces jeunes gens sont manipulés, de grâce sont porte-paroles dans leurs contrées respectives pour faire campagne d’un homme qui a une phase cachée. 
 À-travers cela, l’ethnie est le socle des troubles sociaux, pour enfin créer psychose entre les populations qui ont un vivre ensemble pendant des siècles assez lointains.. 
 
3-perspectives .  
 
Jeunes prenez votre destin en main . 
 
 << La jeunesse dissiper pour vivre, et la vieillesse amasse pour mourir >>.
Oui, si et seulement si, cette classe groupie de vieillesse accepte de changer la donne en formant et transmettant le pouvoir décisionnel aux jeunes. 
Mais, hélas cela n’a pas encore vu jour sur la terre Africaine de Guinée.
C’est pourquoi, la jeunesse Guinéenne doit mener une lutte d’émancipation, aussi elle doit s’engager dans le combat afin de bâtir une Guinée prospère, car, la où la jeunesse Européenne, Asiatique et Américaine ont pu gagner,  celle de la Guinée pourra relever le défi …. 
 
Laissez les jeunes changer la donne !
 
Eugène Capi Balamou, journaliste-Analyste juridique .
Tel : 622 298 802

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies