Tombolia plateau : Un jeune homme meurt après avoir été fusillé par un militaire

Les faits se sont produits la nuit dernière aux environs de 2 heures du matin au quartier Tombolia-Plateau, dans la commune de Matoto. Un jeune homme d’une trentaine d’années aurait été froidement abattu par un militaire, selon nos confrères de mediaguinée qui ont rapporté l’information.

Tout serait parti d’une dispute entre

Daniel Henry Baladé, la victime, et son bourreau, un adjudant qui serait en service au BATA. Au micro de nos confrères, un agent en service à l’Etat-major et détaché à la Guinée Industrie (GI) qui était avec la victime est revenu sur la scène.

« La victime était le jeune-frère à mon collègue et j’étais sur le lieu du crime. Le monsieur est venu nous trouver, il était avec trois de ses amis et ils sont venus s’assoir à côté de nous. Nous avons pagaille un peu et c’était entre 2h et 3h du matin. Ensuite, ils se sont déplacés. Peu de temps après, le monsieur est revenu seul, c’est un militaire et j’aurais même appris qu’il est un adjudant en service au BATA. Quand il est revenu, il nous a dit Mane, je suis revenu encore. Donc dans nos causeries, ils se sont disputés et ils se sont jetés l’un sur l’autre. Vous voyez ma tenue, tout est déchiré. J’ai essayé de les séparer et quand on les a séparés, le frère de la victime qui est mon ami a giflé son jeune-frère à deux reprises. Il lui a dit “tu ne sais pas que c’est un militaire ? Si tu te fous de lui, cela signifie que tu t’as foutu de moi”. C’est ainsi que moi j’ai pris le petit pour l’envoyer au niveau des rails. Et le monsieur a fui pour partir à la maison. Quand il est parti, moi je pensais que s’était fini. C’est ainsi qu’il partit prendre son PMAK. Je vous dis, il allait tirer sur nous tous. Il est venu avec son arme et avant de rentrer au couloir où nous étions, il a commencé à tirer à l’air. J’étais avec le petit et dès que le petit lui a vu, il s’est levé et il lui a dit ‘’maintenant, tues-moi, tues-moi’’. C’est en ce moment qu’il a donné un tir entre nous. Du coup, la balle a atteint le petit au niveau de la cuisse et moi je me suis jeté à terre et le gars a pris la fuite. Quant à moi, j’ai appelé mon ami qui était déjà rentré. Son frère et moi l’avons pris pour l’envoyer à l’hôpital et il est décédé en cours de route vers Foulamadina. Une fois à maison, moi je suis partie chez le grand-frère de celui qui a tiré sur lui. Ce dernier nous a fait comprendre que son frère ne vivait pas avec lui et que ce dernier venait là-bas de temps à autre », a exposé Adjudant Mamady Bayo.

Avant d’embarquer la victime sur une moto pour l’hôpital, adjudant Saïkou Yaya Baladé, son frère, a beaucoup fait pour qu’elle soit transporté par véhicule, mais en vain.

« J’ai entendu le bruit de l’arme, je suis un militaire. Je devais même partir au village ce matin. Comme vous savez, nous sommes dans un coin qui n’est pas loin de l’axe le Prince. Donc dès que j’ai entendu les tirs, j’ai porté ma tenue pensant que c’était les bandits sans savoir que c’est mon jeune frère qu’on a tiré déçu. D’une seule voix, j’ai entendu mon ami me dire ‘’fait sortir la moto, fait sortir la moto, sinon le petit va mourir’’. On a fait sortir la moto et mon ami m’a demandé “on va où ?” Je lui dis qu’on partait à l’hôpital. Il m’a dit que la moto ne pourra pas nous conduire. On est parti au carrefour pour voir si on pouvait trouver un pick-up, mais fort malheureusement, nous n’avons rien pas trouvé. On est allé à la centrale de Sonfonia et là, nous avons trouvé des jupes (voitures) là-bas. Je les dis de m’aider à avoir une des voitures pour accompagner mon frère mourant à l’hôpital. Ils ont refusé de nous venir en aide », a déploré cet agent en service au Haut Commandement de la Gendarmerie.

Le même quotidien électronique révèle que le corps de la victime a été finalement transporté à la morgue après le constat des autorités. Le présumé assassin, lui, est toujours en cavale.

 

Boubacar Barry

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies