Drame à Kindia: Une femme meurt après une bagarre avec son mari !

Dans la nuit du mardi 04 à ce mercredi 06 août, un drame s’est produit dans un quartier relevant de la commune urbaine de Kindia. Après s’être battu avec son mari, une femme a rendu l’âme à l’hôpital régional quelques instants après.

Personne ne souhaiterait vivre ce que Thierno Hawa Sylla, la victime, a vécu avant de mourir. La mère de trois enfants a connu une fin de vie tragique. Selon les informations, il était environs minuit lorsqu’une bagarre a éclaté entre la victime et Abdourahmane Camara, son mari. Sur des propos relayés par couleurguinée, la tante de la victime donne quelques explications
«On m’a réveillée la nuit. J’ai demandé au mari ce qui se passé. Mais, il ne m’a rien dit. Dès que Thierno Hawa Sylla s’est retrouvée dans un premier temps, je lui ai demandé et elle a dit que son mari voulait coucher avec elle mais qu’elle lui a dit qu’elle est en période des menstrues. Mais, le mari n’a pas cédé et c’est là que tout a commencé. Elle a voulu faire sortir tout ses objets dans la maison, je lui ai dit non et j’ai fais rentrer tout ce qu’elle avait mis dehors. Et comme il faisait nuit, je suis partie me coucher», relate t-elle.

Très affaiblie par les coups qu’elle a reçus, Thierno Hawa Sylla a été transportée à l’hôpital régional de Kindia par sa fille avant de succomber à ses blessures.
«C’est aux environs de 1 heure que ma maman m’a appelée au téléphone. Elle m’a dit Djènè, si vous ne m’envoyez pas à l’hôpital, je vais mourir. Qu’elle s’est battue avec mon père. Je suis partie à l’immédiat. Arrivée, j’ai trouvé ma mère incapable de soulever sa tête. J’ai demandé ce qui s’est passé, mais ma mère ne pouvait pas parler. Mon père est venu lui dire d’arrêter de faire peur aux gens. Il l’a massée, mais ma mère (Thierno Hawa Sylla) ne pouvait plus tenir sa tête. C’est ainsi qu’on l’a transportée à l’hôpital. Arrivées, les médecins nous ont demandé ce qui s’est passé. Ma sœur n’a pas voulu dire la vérité. Ils nous ont dit qu’ils ne peuvent pas la toucher. Ils nous ont dit d’aller au Centre de traitement des épidémies, mais là-bas , il n’y avait personne. Les médecins sont revenus et ils ont mis ma mère sur un lit. Après quelques temps, j’ai constaté qu’elle ne se remuait plus et j’ai su qu’elle a rendu l’âme”, décrit en larmes Djènè Touré.

Pour l’heure, le corps de la défunte est toujours à l’hôpital pour une autopsie et le mari introuvable.
Il faut noter que ce drame relance, une nouvelle fois, la question sur les violences conjugales en Guinée.

Aissatou Diallo,pour pour flashguinee.info 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies