Suspension des cours en Guinée : des acteurs des écoles privées se lamentent

Pour limiter la propagation de la pandémie Covid-19,  le Président Alpha Condé a décrété un état d’urgence sanitaire en demendant la fermeture des écoles du pays,  jusqu’à nouvel ordre.  Cette décision ne fait l’unanimité des acteurs des écoles privées.
Fodé Mamoudou Bangoura,  est un Directeur d’une école primaire de la place. Il dit ne pas être surpris  de la décision :《 Ça nous a pas tellement surpris parce que,  nous savons que la pandémie Covid-19 est présente en Guinée. Cependant,  cette décision  du président devrait être accompagnée par des mesures  d’accompagnement aux écoles privées venant de l’État.  Nous savons qu’à des moments de ce genre, les enseignants du privé sont confrontés à d’énormes problèmes.  Nous vivons de ce que nous donnons comme savoir  dans des établissements. Si les cours sont suspendus,  on ne gagne pas de salaire. 》
Chez Ibrahima Sory Soumah,  enseignant du privé , cette décision n’a pas été la bienvenue, il dit avoir trouvé l’argument du Président Alpha Condé non fondé :《Ils ont fait des élections ici alors qu’il y avait la pandémie,  et il y’a eu frottements entre les personnes. Aujourd’hui ils ferment  les établissements pour disent-ils éviter la propagation de la maladie,  c’est un argument  qui n’est pas valable. Ils pouvaient s’organiser comme quand Ebola  était là,  installer des kits dans les différentes écoles et exiger le lavage des mains.》
Hamidou Barry est un parent d’élèves, pour lui, cette suspension est un grand retard pour les apprenants :《Si les enfants restent à la maison pendant un ou deux mois sans aller à l’école,  ce sera un cumul de retard quand on sait que cette année,  les cours ont été bouleversés par des mouvements sociaux. Même s’il on reprend les cours une semaine avant les vacances,  les fondateurs des écoles privées vont nous amener des notes de rappel pour  nous obliger  de payer ces temps non consommés qu’ils ne vont même pas donner aux enseignants, et cela nous fait très mal car, c’est de la pur arnaque.》
A noter que cette suspension des cours intervient à deux mois de l’organisation des examens nationaux.
Said gaya,pour flashguinee.info

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies