Sport : François Kamano se confie sur son avenir et évoque son ambition !

C’est dans des propos relayés par le site Girondin4ever que l’international guinéen ‘’François Kamano’’ s’est livré sans relâche sur son avenir avec les Girondins de Bordeaux mais aussi ses ambitions dans le futur tout en ne cachant pas son envi de départ depuis quelques années.
« Après, aujourd’hui, je vis la situation. Comme je l’ai toujours dit, j’ai fait des performances par moment. Je n’ai pas eu assez de temps de jeu. A un moment donné c’était mon souhait de partir, il y a eu des clubs qui étaient intéressés, mais ça ne dépend pas de moi. Si Bordeaux ne s’entend pas avec ces clubs-là, je ne peux pas bouger. Si ça ne tenait qu’à moi, je serai déjà parti. Mais il faut que les deux clubs trouvent une entente.
Et me concernant, je ne peux pas partir dans un club pour partir. Il faut que le projet soit déjà intéressant pour moi, et que je discute avec tout le monde : le coach, le Président, le directeur sportif, afin de m’assurer que le projet est bon. Aujourd’hui c’est la situation, c’est un peu compliqué, mais je ne veux pas partir pour partir. Je suis conscient déjà que j’ai raté la préparation physique en début de saison.
Il faut me remettre en forme, m’entrainer. Je n’ai rien perdu, c’est vrai, même si c’était compliqué ces derniers temps. L’objectif est de revenir avec force, prendre ma place de titulaire. Il faut aussi comprendre que les clubs ont des stratégies pour pousser le joueur à partir. Je suis un peu dans cette situation. Mais j’essaye de rester les pieds sur terre. On verra, l’avenir nous le dira, après ce confinement. On verra comment les choses vont se passer et on prendra les décisions par rapport à ça.
Mais après, c’est mon souhait d’aller dans un club où j’aurai du temps de jeu, et où le projet sera vraiment intéressant pour moi. Il ne faut pas quitter Bordeaux pour aller dans un club pour rien. Bordeaux, c’est un grand club. Je suis content ici, mon fils est né ici. Il faut que j’essaye de revenir d’abord pour récupérer ma place ».
Une déclaration sans retenu qui risque de faire beaucoup de bruits au sein de l’administration de son pensionnat.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies