Sport : François Kamano revient sur son embrouille avec Simon Falette lors de la préparation de la CAN-2019 !

Pour la préparation de la dernière Coupe d’Afrique des Nations, le syli national de Guinée avait effectué stage à Marrakech dans le royaume chérifien, pendant ce séjour L’ailier guinéen de Bordeaux ‘’François Kamano s’est battu avec un de ses coéquipiers en sélection.
Un fait dont jusque-là plusieurs personnes ignorent les tenants et les aboutissants. Ce weekend le girondin est revenu sur les détails de ce malentendu selon afriquesport :
« L’incident de Marrakech ? Ça s’est passé, ça reste dans le groupe. Je ne vais pas m’exprimer là-dessus. Mais il faut retenir que ça joue sur le mental. J’étais bien, on avait commencé par les matches amicaux. Il y a eu ces histoires de primes, il y a eu des discutions et c’est parti en couille. Je suis resté là-dessus et mentalement, ça m’a vraiment affecté. Je voulais prendre ma valise…
J’ai mis ma colère de côté, et j’ai essayé d’aller jusqu’au bout. Mais ça m’a cassé dans mon élan. J’ai pris du recul. Mais sur le terrain j’essayais de tout donner, et ça ne sourit pas tous les jours. J’ai gagné en expérience et je pense que ces erreurs ne se reproduiront pas […] Si je me suis battu avec Simon Falette ? Il est venu dans ma chambre pour m’agresser. Pour ne pas nuire au groupe, j’ai demandé au coach à rentrer chez moi.
Si je réagissais, je savais que ça allait faire du bruit, que ça allait vraiment impacter l’équipe. J’ai essayé de gérer, des joueurs ont essayé de calmer le jeu. Le coach aussi était là, j’ai mis la balle à terre, et j’ai continué. Mais ça m’a réellement affecté […] Le problème chez nous, c’est ce genre de situation. La CAN, il faut en tirer les leçons.
Aujourd’hui, on est repartis sur autre chose pour se qualifier pour la CAN ou la Coupe du Monde. Mais les vrais problèmes sont toujours là, ils ne sont pas loin. Après coup, Simon s’est excusé, et je l’ai compris. J’étais surpris de sa réaction. On ne s’est pas compris. On devait commencer les entrainements à 9h, finalement on a commencé à 11h30. Tout ça m’énervait, on a commencé à courir et… Je pense qu’il y a eu des gens qui lui ont monté la tête […] Il est rentré dans ma chambre, il s’est jeté sur moi, on a commencé à se battre… Voilà, c’était ça la situation. Le soir-même, il s’est excusé, donc j’ai laissé passer ». s’est-il expliqué

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies