Sékou Koundouno : « Même en zone de guerre…, les morts bénéficient d’une protection et dignité absolue… »

Après la mort tragique du jeune Mamadou OURY Barry en ne permettant pas à ce dernier et à sa famille de lui apporter des soins médicaux nécessaires alors qu’il est pris en otage dans le centre d’extermination des opposants au troisième mandat d’Alpha Condé du côté de la maison centrale de Conakry.

Ces cadres (Administration pénitentiaire) sans scrupule, ni vergogne dans une logique stalinienne exigent à la famille et à la mère du défunt de démentir à la presse que leur enfant ne serait pas mort du côté de la maison centrale de Conakry avant toute restitution de la dépouille.

Quelle cruauté́ ? Quelle banalisation de la vie humaine? Quelle torture morale au défunt, à sa famille et proches… ?

Je demande à la famille du jeune Mamadou OURY de rester digne de foi et catégorique sur le lieu de la mort de leur enfant.

A ces cadres de l’administration pénitentiaire qu’ils sachent que tout finira par finir et chacun répondra de ces actes odieux et même au cimetière.

Je remercie de passage et félicite le collectif des avocats du FNDC qui a saisi la juridiction compétente territorialement pour la restitution du corps de ce martyr sans délai.

Même en zone de guerre comme la Somalie, la Syrie, la Lybie, l’Iraq … les morts bénéficient d’une protection et dignité́ absolue mais malheureusement en Guinée, où le preneur d’otage des institutions continue sa forfaiture, tout a été́ désacraliséé savamment pour créer la désolation et la peur des opprimés.

Qu’il sache que nous resterons debout et détermines pour le rétablissement de l’ordre constitutionnel jusqu’au dernier militant pro démocratie.

 

SEKOU KOUNDOUNO responsable des stratégies et planification du FNDC

Membre AFRIKKI/UPEC