Riposte contre le COVID-19: Dr cheikh SOKHNA invite au gouvernement guinéen à durcir ces mesures

Dr CHEIKH SOKHNA épidémiologiste  directeur  de l’URD et chef d’équipe  à l’HU de Marseille, revient sur la riposte africaine contre le coronavuris ce lundi 4 mai 2020. Invité chez les grandes gueules l’épidémiologiste conseille aux guinéens de mettre un accent sur le suivi des cas positifs.
« Il y’a plusieurs facteurs mais le  plus  important c’est de  durcir les mesures qui sont  déjà prises et surtout de mettre un accent particulier sur le  suivi des personnes atteintes de la maladie. Au moment où quelqu’un est déclaré positif il faut suivre son trace regrouper ces contacts,  les confinés dans un endroit précis et les testés. Ce qui sont  positifs on les envoies  dans un centre de traitement. Et ce qui  sont négatifs doivent rester encore pendant 14 jours pour endiguer tout risque de propagation. » Nous a fait savoir Dr cheikh SAKHONA sur les ondes d’HADAFO médias ce matin.
Pour l’épistémologiste, dans 100 personnes atteintes du coronavuris 80% peut-être asymptomatique. Il assure que ces derniers peuvent distribuer la maladie  sans  le savoir. Parce qu’ils ne ressentent aucun symptôme.
Poursuivant, Dr cheikh SOKHNA pense qu’il  est extrêmement risqué de laisser des individus atteints du COVID-19 d’errer dans la nature. Il exhorte au gouvernement guinéen de chercher les moyens  qu’il faut pour  empêcher cela. Il estime qu’il y a plusieurs coopération  qui peuvent  venir en aide si c’est les moins qui leur manque.
A noter qu’en Guinée,  plus de  500 personnes déclarées positives sont dans la nature pour manque de prise en charge.
M Oury Diallo pour flashguinee.info

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies