Réouverture des frontières avec le Sénégal et la Guinée Bissau: Kassory pose des conditions 

Devant le Parlement ce mercredi, le premier ministre, dans son discours a parlé de la fermeture des frontières. Pour kassory Fofana, si les frontières doivent ouvrir, il faudrait d’abord améliorer les conditions de sécurité et garantir l’échange de renseignements et d’information.
 «pendant les élections, notamment la présidentielle, vous avez vu dans quelles conditions les policiers, nos frères en armes ont été parfois égorgés. Et nous savons qu’il y a eu beaucoup d’infiltration. En tout cas, l’intelligence et les renseignements dont nous disposions à l’époque, avec des preuves, s’apprêtaient à ça. D’où la nécessité, pour protéger le pays, de fermer. Si on doit ouvrir, et on est disposé  à l’ouvrir, il faut que les conditions d’une meilleure sécurité, d’une meilleure collaboration avec les pays voisins concernés pour garantir la sécurité minimum et garantir leurs services pour un échange d’information et de renseignements pour que personne, comme nous le faisons  ici, que personne ne prête son pays à des activités subjectives. Que personne ne prête son pays comme point de passage  pour les fauteurs de troubles et de mal» a-t-il dit, avant d’ajouter.
 «nous avons déjà commencé l’exercice avec la Sierra-Leone. Les frontières avec la Sierra-Leone sont ouvertes aujourd’hui, nous poursuivrons avec les autres pays que si les conditions pour garantir la sécurité sont réunies. Il n’y a pas de raison qu’on n’ouvre pas», a laissé entendre le premier ministre chef du gouvernement.
Fatoumata Diaraye Bah

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies