Que devient Pierluigi Collina, l’arbitre le plus célèbre et le plus respecté de l’histoire ?

Il y a mille et une façon d’inscrire son nom dans les annales du football. Des buts à la pelle, une moisson de trophées, un but légendaire et même un sifflet d’or. Pierluigi Collina fait sans l’ombre d’un doute partie de la dernière catégorie. Considéré comme l’un des meilleurs, si ce n’est le meilleur arbitre de l’histoire du sport roi, l’Italien a marqué le football d’une empreinte indélébile de par son autorité absolue et sa connaissance approfondie du jeu. Élevé au rang de célébrité au même titre que les joueurs, ce juge était l’arbitre parfait. Très médiatisé durant sa carrière, Collina a peu à peu disparu des radars depuis qu’il a rangé son sifflet. Que devient-il ?
Pierluigi Collina, un justicier au sifflet d’or…
Pierluigi Collina c’est l’histoire d’un homme né pour devenir juge. Malgré les embuches rencontrées dans sa trajectoire, l’Italien n’a jamais baissé les bras. Comme bon nombre de ses camarades d’enfance, Collina s’adonne d’abord à la pratique du football, jouant en défense. Mais très vite, il est poussé dans le monde de l’arbitrage. Dès lors, il suit une formation du genre dès l’âge de 17 ans et c’est une véritable révélation.
Sept ans plus tard, il arbitre au plus haut niveau amateur d’Italie quand il est atteint d’une alopécie qui lui fait perdre la totalité de sa pilosité en seulement dix jours. C’est d’ailleurs de là qu’est né son surnom le « Kojak ».
Le débat s’installe dans le Calcio quant à son aptitude à diriger des rencontres en raison de son « handicap ». Pas de quoi freiner la progression de l’arbitre au regard intimidant qui découvre par la force des choses la Serie A. Au total, il aura arbitré pendant quatorze ans dans le championnat italien. Plus tard, l’Italien dira même cela : « convaincre qu’un arbitre chauve pouvait bien diriger un match fut une belle victoire ».
On se rappellera de la carrière de Collina que celle-ci a atteint son apogée en 2002 quand il sera au sifflet de la finale de la Coupe du monde entre le Brésil et l’Allemagne. Doté d’une autorité naturelle et respecté de tous les acteurs – il reçoit même les félicitations de Ferguson malgré une élimination contre le Real Madrid, l’Italien est rentré dans la légende. Pour la petite histoire, l’ancien juge est également le seul à avoir été dans la « cover » d’un jeu vidéo (PES 2003). C’est dire.
Alors qu’il a pris sa retraite en présentant sa démission en 2005, Collina est resté dans le même domaine. Il accepte d’abord un poste de consultant des arbitres italiens en 2006. Puis de 2010 à août 2018, il est le responsable en chef de l’arbitrage à l’UEFA. Son rôle consiste à désigner les arbitres pour l’Euro, la Ligue des champions, la Ligue Europa, l’Euro Espoirs et assurer leur préparation.
Collina occupe toujours un poste clé dans ce secteur. Il est le président de la commission des arbitres de la FIFA.
Diplômé de l’Université de Bologne en Économie, l’Italien est également un conseiller financier réputé dans le domaine où il met son expertise au profit des entreprises. À l’occasion, Perluigi Collina reprend parfois le sifflet pour arbitrer des rencontres de charité. Concernant la VAR, il n’y est pas opposé mais reste favorable à l’arbitrage à cinq ou encore l’instauration d’un carton blanc temporaire.

Avec Afriksport