La nouvelle est à vos côtés.

- Publicité -

Quand l’homme le plus recherché au monde vivait… à côté d’une base américaine

PUBLICITÉ

Le fondateur des talibans, le défunt mollah Omar, a vécu des années durant à côté d’une base américaine dans le sud de l’Afghanistan, alors qu’il était l’un des hommes les plus recherchés au monde par Washington, affirme un livre d’une journaliste néerlandaise longtemps basée dans le pays.
« A la recherche d’un ennemi », de Bette Dam, une biographie en néerlandais encore non traduite du mollah borgne, affirme que celui-ci habitait à 5 km d’une base américaine dans la province de Zaboul.
Dix millions de dollars de récompense

PUBLICITÉ

Pendant des années, il a vécu en ermite, refusant de rencontrer sa famille et prenant des notes dans un langage imaginaire, affirme l’auteure qui, en cinq ans d’enquête, dit avoir interrogé des dizaines de chefs talibans, ainsi que le garde du corps du mollah Omar. Pour Washington, qui avait promis une récompense de 10 millions de dollars pour sa capture, le mollah Omar était réfugié au Pakistan voisin.

D’après l’ouvrage, le mollah Omar, à la chute en 2001 du régime taliban après cinq années à la tête de l’Afghanistan, a transmis son pouvoir à un autre cadre du mouvement, pour devenir une sorte de chef spirituel.

- Publicité -

Sa mort cachée pendant deux ans

- Publicité -

Les forces américaines ont manqué de le capturer à deux reprises, affirme la journaliste indépendante.

Il est mort en 2013. Les talibans ont gardé son décès secret pendant deux ans.

Belga

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter
Inscrivez-vous ici pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et offres spéciales directement dans votre boîte de réception.
Vous pouvez vous désabonner à tout moment

PUBLICITÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepté Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies