La nouvelle est à vos côtés.

Procès Mamy Diaby contre des médias : une amende de 5 millions requise contre Aboubacar Diallo et trois sites d’informations

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Partager

Le feuilleton judiciaire qui oppose Moustapha Mamy Diaby, ministre des Postes et Télécommunications, au journaliste Aboubacar Diallo et aux sites d’informations Mosaiquegunee.com, Conakrychallenge.com et Flashguinee.infos, est loin d’avoir connu son épilogue. Après avoir perdu la première manche au civil, le ministre qui se dit victime de diffamation, a porté l’affaire au pénal devant le tribunal correctionnel de Kaloum. Pour la journée d’hier, lundi 11 mars 2019, l’on était aux plaidoiries et réquisitions, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Moustapha Mamy Diaby, ministre des Postes et Télécommunication, n’a pas tourné la page après avoir perdu le procès pour diffamation, le 17 janvier dernier contre les 3 organes de presse et l’administrateur du site Mosaiqueguinee.com, Aboubacar Diallo. Cette affaire est consécutive à des révélations faites par des médias sénégalais, repris par les trois organes incriminés, et faisant état d’un supposé détournement d’un montant de 9 millions de dollars, saisis à Dakar, et qui appartiendrait au ministre Mamy Diaby.

L’audience de ce lundi, 11 mars 2019 a été consacrée aux plaidoiries et réquisitions dans cette affaire. Dans sa plaidoirie, Me Rafi Raja, avocat du ministre, a déploré l’absence des prévenus à la barre. « Comme les prévenus ne sont pas venus à la barre pour apporter des preuves de ce qu’ils ont écrit sur le ministre Moustapha Mamy Diaby, je demande le payement d’un franc symbolique et la publication de la décision à venir dans certains médias (journaux et sites d’informations) ».

Dans ses réquisitions, le procureur, Abdoulaye Israël Kpoghomou, a estimé que le ministre a bien été diffamé par nos confrères. C’est pourquoi, il a requis le payement de 5 millions de francs guinéens comme amende. « On utilise les médias pour détruire la renommée des gens. Le journalisme est un métier très noble, mais je m’excuse du terme, ce métier est devenu de la prostitution pour certains.

Aboubacar Diallo est un journaliste populaire, qui fait partie des Grandes Gueules. Il est exigeant et rigoureux, mais il refuse de se présenter devant votre tribunal. On ne peut pas accuser un ministre d’avoir détourné un montant de 9 millions de dollars et refuser de venir prouver.

PUBLICITÉ

Moustapha Mamy Diaby est un ministre exemplaire, c’est pourquoi il a été reconduit. Dans le journalisme, il y a ce qu’on appelle le recoupage de l’information. Aboubacar Diallo devait partir voir la CENTIF, mais aussi rencontrer le ministre pour qu’il donne sa version des faits. Mais, il ne l’a pas fait, il a juste écouté une partie pour écrire et il n’a pas respecté l’éthique et la déontologie de son métier.

C’est pourquoi, monsieur le président, je vous demande de retenir la personne physique (Aboubacar Diallo, ndlr) et morale (les sites poursuivis) dans les liens de la culpabilité et au payement d’une amende de 5 millions de francs guinéens ».

Le Procureur a demandé aussi de tribunal d’ordonner la publication de la décision à venir dans trois groupes de presse « pour dissuader d’éventuels délinquants journalistes ».

Le juge, Boubacar Hafia Bah, a renvoyé l’affaire au 25 mars 2019 pour décision être rendue.

guineematin

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter
Inscrivez-vous ici pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et offres spéciales directement dans votre boîte de réception.
Vous pouvez vous désabonner à tout moment

La Rédaction Vous Propose Également:

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepté Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies