Procès du 28 sept : « Il ne faut pas que je meure sans dire ma part de vérité, j’ai beaucoup de choses à dire » Me Hamidou Barry, avocat de la partie civile.

Maître Hamidou Barry, un des avocats de la partie civile s’insurge contre certaines organisations de défense des droits de l’homme à savoir la FIDH et l’OGDH qui sont venues pour accompagner les accusés dans le procès des massacres du 28 septembre 2009.

Pour lui, ces deux organisations ont détourné son argent parce qu’il avait refusé de retirer sa plainte qu’il avait portée contre le général Sékouba.
 » Il ne faut pas que je meure sans dire ma part de vérité, j’ai beaucoup de choses à dire. Pour être claire et précis, ce n’est pas une diffamation, lorsqu’on a porté la plainte contre le général Sékouba Konaté le 26 septembre 2017, c’est la FIDH, l’OGDH, toutes ces organisations se sont levées pour me demander de retirer la plainte et j’ai refusé. Mon argent qu’on devait me payer, ma prime mensuelle de 640 euros, ça, c’est la FIDH et l’OGDH qui savent où ils ont mis l’argent, ça ressemble à un détournement d’argent, c’est des vérités crues. Voilà des organisations des défenses de droits de l’homme qui sont venues pour accompagner des victimes, qui avaient des agendas cachés. Vous introduisez une plainte, des organisations vous demandent de retirer la plainte, annulent vos voyages, vous menacent. Je crois que les pires ne sont pas arrivés à mon niveau et si c’est le cas, je veux trouver le feu général Lansana Conté devant  » a-t-il indiqué

Sow Diaguissa pour Flashguinee.info 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Share to...