Procès du 28 sept : demande du bulletin médical de Dadis : « Je regrette que cela soit l’objet de polémique. un bulletin médical est confidentiel » Pépé Antoine Lamah

Me Pépé Antoine Lamah l’un des avocats de l’ancien chef d’Etat Capitaine Moussa Dadis Camara a réagi par rapport au renvoi de la comparution de son client. Si certains pensent que Dadis a refusé de parler, tel n’est pas de cas pour son avocat.

Interrogé sur la question Me Pépé Antoine Lamah, déclare que son client voulait prendre la parole depuis le début du procès, mais malheureusement ces derniers temps, il a eu ces soucis de santé.

« Quand il est rentré de Ouagadougou, depuis la première audience, il était prêt à prendre la parole, à livrer sa part de vérité. Mais malheureusement, ces derniers temps, il a eu ces soucis de santé qui n’ont pas été consolidés jusqu’à date. Si aujourd’hui, le tribunal en toute souveraineté a décidé que ça soit son tour de parole et qu’il ne se sent pas bien, c’est tout à fait son droit de dire ça au tribunal et le tribunal n’a pas d’autres obligations que de comprendre et de tirer toutes les conséquences de droit. C’est ce que le tribunal a fait » souligne-t-il

Poursuivant son intervention, il pense que l’état de santé de Moussa Dadis ne devrait pas être un sujet de polémique. Chose qu’il regrette.

« Je regrette que cette question soit l’objet de polémique. Un bulletin médical est confidentiel. Le président Dadis Camara n’a pas besoin de soumettre son bulletin médical à son adversaire. C’est une question éminemment personnelle. On ne peut pas juger une personne qui ne sent pas bien, indépendamment de la présentation d’un bulletin médical, indépendamment du rapport d’un médecin, lorsqu’un accusé ou un prévenu estime ne pas être en mesure de s’exprimer, c’est son droit le plus absolu. Et ce droit doit être respecté. C’est l’un des éléments de l’exercice des droits de la défense. En aucune manière, le président Moussa Dadis n’a eu l’intention de fuir les débats. Il a librement quitté Ouaga pour être à Conakry. Personne ne l’a contraint. Alors s’il avait peur d’affronter les débats, il ne serait pas venu » a-t-il affirmé

Sow Diaguissa pour Flashguinee. Info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Share to...