28 C
Conakry
lundi, mai 27, 2024
AccueilJusticeProcès du 28 sept: comment Bah Oury est venu en assistance...
spot_img

Procès du 28 sept: comment Bah Oury est venu en assistance à Cellou au stade 《 Cellou Dalein était à terre, j’ai demandé à un de nos militants, Abdoulaye 3 de le prendre…》

Présent comme témoin à la barre du tribunal criminel de dixinn delocalisé à la cour d’appel de Conakry de l’audience de ce lundi 20 mars 2023 dans le procès des évènements du 28 septembre, l’ancien président de la commission de ladite manifestation Bah Oury dans sa version des faits explique comment le président de l’UFDG a été sorti du stade ou moment qu’il était évanoui sur la pelouse  » monsieur Cellou Dalein était à terre, j’ai demandé à un de nos militants, Abdoulaye 3…. « 

 » M. Cellou Dalein Diallo avait reçu des coups et était à terre. Un coup de fusil avait blessé son garde de corps. Lorsque Commandant Toumba amenait les autres leaders pour les faire sortir de la pelouse, le fait que monsieur Cellou Dalein était à terre, j’ai demandé à un de nos militants, Abdoulaye 3 de prendre Elhadj Cellou et de le sortir d’ici. L’autre équipe avec les leaders étaient déjà partis. Nous nous sommes retrouvés derrière et malgré les coups qui pleuvaient, nous avons réussi à le sortir de la pelouse. On était poursuivis par des gens qui avaient des armes blanches et un qui avait vraiment un long bâton et qui était en train de vouloir nous armer. C’est en ce moment là que j’ai aperçu le colonel Thiegboro. Comme je le connaissais, je lui ai fait signe et il est venu vers nous. Lorsqu’il est venu vers nous, ceux qui nous agressaient ont cherché autre chose à faire. Le Colonel Thiegboro a pris sa responsabilité en nous prenant en charge et il a hélé quelqu’un que je considère comme étant un des gardes de M. Sidya Touré, de venir nous aider à prendre M. Cellou Dalein Diallo. C’est comme ça qu’on est sorti. Au moment où on sortait il y avait un attroupement de jeunes garçons qui étaient agglutinés un peu avant la sortie. L’image qui m’a le plus frappé, il y avait un petit garçon qui avait levé la main et il y avait un militaire qui avait un fusil et qui le mettait en genoux. Je ne sais pas ce qu’ils sont devenus  » a-t-il indiqué

Poursuivant sur ce qui s’est passé à clinique Ambroise Paré, le président de la commission d’organisation de la manifestation d’alors martel

 » Arrivés à la clinique Ambroise Paré, on nous a fait descendre, surtout Elhadj Cellou qui était évanoui. Nous sommes entrés à l’intérieur de la clinique, les médecins s’affairaient. C’est entre-temps, un monsieur ou quelqu’un qui avait un tee-shirt noir et un pantalon bien baraqué avec une arme accompagné d’un autre qui était plus, qui avait un ceinturon de balles avec des grenades qui perlaient Ils ont dit que si on ne nous fait pas sortir, ils allaient jeter une grenade à l’intérieur de la clinique. Ça, a créé de la panique et les médecins étaient obligés de nous aider à reprendre Elhadj Cellou qui était encore évanoui pour le mettre dans la Jeep. Mais ce qui m’a le plus frappé à ce moment là, je me suis rendu compte que le colonel Thiegboro n’avait aucune autorité sur eux. Je m’étais dit comment se fait-il que lui qui était colonel et que d’autres viennent lui donner des instructions sans qu’il ne puisse réagir. Mais bref, le Colonel Thiegboro nous a repris dans sa Jeep et nous sommes dirigés vers la ville  » raconte t’il

Sow Diaguissa pour Flashguinee

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus populaire

Commentaires récents