Violences politiques en Guinée : la France déconseille à ses ressortissants de se rendre au Foutah

Le ministère français des affaires étrangères déconseille à ses citoyens résidents en Guinée de se rendre au Foutah, région en proie à des manifestations politiques à l’appel du front national pour la défense de la constitution (FNDC).

Depuis des semaines, plusieurs villes du Foutah, farouchement opposées au projet de nouvelle constitution voulu par le président Alpha Condé, sont militarisées après que des préfets et sous-préfet aient été chassés par des manifestants.

Inquiète de cette situation, la France demande à ces citoyens résidents en Guinée de ne pas se rendre dans cette région où au moins cinq manifestants ont été tués par balle.

Des journées de mobilisation, opérations quartiers morts et manifestations sont régulièrement organisées depuis le mois d’octobre 2019, à Conakry et dans l’ensemble du pays. Ces actions sont susceptibles de se poursuivre dans les semaines à venir et donner lieu à des heurts. Il est recommandé d’éviter tout rassemblement, de se tenir informé de la situation, et d’adapter ses déplacements en conséquence. Il est notamment déconseillé de se déplacer de nuit. Des manifestations et heurts violents sont en cours depuis quelques jours en moyenne Guinée. Il est déconseillé actuellement de se rendre dans cette région ou d’y transiter’’, peut-on lire sur le site-web du Quais d’Orsay.

Depuis le 14 octobre 2019, la Guinée traverse une crise politique liée à la volonté du président Alpha Condé de changer la constitution de son pays. Le FNDC qui réunit en son sein des plates-formes de la société civile et des partis politiques, organise des manifestations de rue pour exprimer son opposition à tout changement constitutionnel en Guinée. Ces manifestations ont déjà fait plus de 30 morts.

Alpha Oumar Bah pour Flashguinee.