OPINION : Trop de plumes, des avis, des points de vue, …. à la veille de la formation du prochain gouvernement

Les détenteurs s’accrochent et réfutent toutes nouvelles compétences. Gouverner autrement, c’est ce qu’a dit le Président Alpha Condé au cours de son discours d’investiture. Gouverner autrement a tout son pesant d’or, sous un autre angle, signifie l’échec de deux premiers mandats.
Alors ce sextennat sera dédié apprend t-on aux vrais RPC, ceux qui ne peuvent pas dire RPG. Certains ministres voient d’une mauvaise image le sondage auprès des populations pour le bon profil des cadres ayant la compétence requise pour occuper la primature.
Est ce n’est qu’une jalousie, ou la peur ?
Ces cadres au regard de leur personnalité peuvent-ils parler au nom des citoyens ou au nom du Président de la République Pr. Alpha Condé ? je dis non et non connaissant leur passé.
Le fameux Tibou Kamara puisque c’est de lui il s’agit, le bourreau des bourreaux, l’homme aux multiples facettes, le rusé obstiné a profité de tout régime. Est-il le mieux placé pour parler du contraire de ce sondage ?
L’ennemi d’hier devenu le meilleur ami aujourd’hui, l’homme a double langage peint et qualifie le parcours du Président de la République Pr. Alpha Condé d’exception et d’élogieux. Celui là qui critiquait hier l’opposant historique est devenu son mentor aujourd’hui.
Le nomadisme politique Guinéen revêt un caractère spoliant, manque de lucidité, d’objectivité, de sincérité… se sont autres attitudes de certains hommes politiques, préférant plutôt les intérêts personnels et non l’intérêt général.
Faut-il oublier le passé pour qualifier les autres d’opportunistes ? Malheureusement notre pays est souvent victime de ses propres enfants. Il est évident que les deux premiers mandats du président Condé n’ont pas permis de mettre de véritables jalons pour que la Guinée soit parmi les pays émergents.
Les défis à relever alors sont énormes à l’égard de tout ce qui précède. Si la lutte a été consacrée aux premières lueurs à conserver le pouvoir face à une opposition forte, à la dernière rive il faut essayer de redorer le blason, laisser une bonne image du Président Pr. Alpha Condé. C’est pourquoi, pour ces six ans, la gouvernance doit être différente et axée sur les volets suivants : construire les routes, les hôpitaux, donner de l’eau, de l’électricité aux populations, réduire le taux de chômage, l’insécurité, la lutte contre la corruption, réconcilier les guinéens pour ne citer que ceux-là.
Pour y arriver, il faut un changement, une nouvelle équipe composée d’hommes et de femmes compétents, loyaux, patriotes et sincères. Si de par le passé, nous savons que cette équipe n’a pas pu diriger le dialogue social, il est cependant clair qu’elle a eu assez de lacunes et de limites pour soulager la population au nom de laquelle, elle représente.
Le moment est plus opportun pour le Pr. Alpha Condé de profiter de ces six ans afin de sortir par la grande porte.
Le premier défi, c’est de décrisper le climat politique et social. Pour réussir à le faire, il est impératif de faire un gouvernement de mission, de développement, un gouvernement au service du peuple et non à leur service personnel.
L’Équipe de Dr Ibrahima kassory Fofana a un bilan mitigé. Une population qui attendait mieux de cette équipe a compris finalement qu’elle n’en était pas capable de répondre aux attentes d’un peuple abandonné. Alors reconduire intégralement ces hommes et femmes dénotera le mépris que le PRAC a pour le peuple de Guinée.
Il faut obligatoirement de nouvelles compétences qu’il faut dénicher parmi les partis ayant compéti à l’élection présidentielle et dans la société civile pour faire un gouvernement de mission, redonner l’espoir à la jeunesse guinéenne, se mettre au travail pour que ce peuple retrouve sa dignité, sa valeur et l’espoir.
Oumar Thiam, membre du PADES