Opinion: « Monsieur le PM, sachez qu’il serait une erreur politique cette fois ci, de banaliser le vrai dialogue inclusif… » (Par Abdoul Sacko)

Monsieur Premier Ministre (PM), après votre confirmation par votre mentor en qualité, de chef de gouvernement, je me fais le devoir de m’adresser doublement (en tant que citoyen et en tant que leader de la société civile) à vous pour le bonheur de la nation et, la confiance des populations et des partenaires dans le “gouverner autrement”.

Monsieur le PM, si vous avez aidé à l’atteinte des objectifs politiques de votre mentor et votre famille politique ces trois (3) dernières années en préférant ce que vous avez appelé l’ordre à la loi, parfois par la restriction ou même la violation de certaines libertés et droits des citoyens, mais vous n’avez pas été autant ferme dans le choix et le contrôle des hommes/femmes qui avaient la charge de la gestion de la chose publique.

Alors, Monsieur le PM, pour “gouverner autrement”, l’autorité de l’Etat se doit de s’appliquer, pas seulement aux gouvernés, mais aussi et surtout aux gouvernants à l’effet d’une forte adhésion des populations à ladite gouvernance.

Par ailleurs monsieur le PM, sachez qu’il serait une erreur politique cette fois ci, de banaliser le vrai dialogue inclusif, car, même si votre famille politique dans une certaine mesure a pu atteindre ou imposer son agenda politique, mais force est de reconnaître que le tissus social est considérablement fragilisé, des guinéens ont perdu leurs vies et des biens publics et privés ont été vandalisés au cours de la bataille politique. Il faut également noter que si à votre prise de fonction en 2018 comme PM, vous avez donné de l’espoir pour la lutte contre la corruption, mais le fait de relâcher/abandonner cette lutte au fil du temps pour des raisons que j’ignore, a été un coup fatal à l’économie nationale et un virus dans le fruit de la gouvernance tant rêvée par les guinéens.

Alors, le “gouverner autrement” de votre Champion, je veux dire du Président de la République, doit commencer par la mise en place d’un véritable mécanisme de lutte contre la corruption, le renforcement d’une juste équitable, la promotion d’un dialogue imminent de façon inclusive et la consolidation de l’unité nationale par l’application des recommandations de la CPRN.

En conséquence, pour gagner ce pari, en conduisant des véritables actions de développement et de stabilité afin de mériter la confiance des populations et restaurer le leadership du Pays dans une sous-région en difficulté d’intégration au bénéfice des peuples, il faudra commencer par le choix des membres du prochain gouvernement, non pas seulement à cause de leur engagement politique, mais surtout à cause de leurs compétences et leur intégrité à faire des résultats aux impacts positifs réels.

 

Abdoul Sacko

Coordinateur général du Réseau COJELPAID

President du Conseil Régional des Organisations de la Société Civile de Conakry (CROSC)

Consultant sur des questions de conflits et d’intégration des jeunes/femmes

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies