Info d'ici et d'ailleurs

Devant Ibn Chambas, Abdourahmane Sanoh demande à l’ONU de prendre des sanctions contre l’Etat guinéens

Lors de la visite ce lundi, du représentant spécial du secrétaire général de l’organisation des nations unies en Afrique de l’Ouest au siège du FNDC, Abdourahmane Sanoh a demandé à l’ONU et à toute la communauté internationale, de prendre des sanctions contre l’Etat guinéen et les promoteurs de la nouvelle constitution.
Le coordonnateur du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) qui a salué la visite de l’émissaire onusienne, a indiqué qu’une lettre a été adressée au secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), lettre qui selon lui, est accompagnée par des preuves de la violation des droits de l’homme en Guinée.

« Nous avons été très honorés par la présence dans nos locaux de la mission onusienne qui séjourne actuellement dans notre pays, dans le cadre de la crise socio-politique née de la volonté du président Alpha Condé de rester à la présidence, à vie. Nous avons donc remercié le système des nations unies et toute la communauté internationale pour leur mobilisation en faveur de notre pays. Nous les avons interpellé à remonter un peu plus dans la diplomatie, pour envisager désormais des sanctions contre ceux qui veulent mettre en péril la sécurité et la stabilité dans notre pays et dans la sous-région. Nous savons toute la gravité de la situation. Nous avons donc remis à main propre un courrier à l’adresse du secrétaire général, c’est pour dire combien le peuple de Guinée est soucieux de la dictature qui est en train de s’installer et les conséquences possibles.

 Nous allons d’ailleurs faire suivre cette lettre par un extrait de vidéo de certains propos, de certains actes de violences, de certaines atteintes aux droits de l’homme, pour que la lettre puisse être soutenue par des éléments tangibles avec des acteurs connus », a-t-il dit et de continuer en exhortant des sanctions contre les promoteurs d’une nouvelle constitution en Guinée.

« Nous l’avons rassuré (Ibn Chambas NDLR) de notre engagement pacifique, de faire en sorte qu’aucune violence ne vienne du FNDC ou des populations, d’ailleurs peut-il en être autrement, nous avons ni armes, ni munitions. On les a exhortées aux sanctions aussi bien contre l’Etat que contre les promoteurs de ce projet-là, pour faire en sorte qu’on puisse fléchir la position du chef de l’Etat et favoriser l’ancrage de la démocratie dans notre pays, parce que c’est ce qui peut être le socle de la stabilité dans notre la sous-région », a exhorté le coordonnateur national du FNDC.

Alpha Oumar Bah