Info d'ici et d'ailleurs

Ministère du commerce : l’office national du contrôle de qualité (ONCQ) détruit plus 65 tonnes de produits impropres à la consommation

Le Ministère du Commerce à travers sa Direction Générale du contrôle de qualité a procédé ce samedi 09 janvier 2020 à la destruction de 65 tonnes de produits avariés et périmés. Essentiellement composés de produits alimentaires dont les boissons alcoolisées et non alcoolisée, le lait, du riz, des pommes de terre, des boites de tomates, des produits cosmétiques et d’autres produits non alimentaires comme des Pampers etc. C’est le Ministre du Commerce Architecte Boubacar BARRY en personne qui a présidé cette opération de destruction sur le site de Toguiron, un district de Wonkifong dans la Préfecture de Coyah en présence des autorités administratives et de l’environnement.

Ces produits ont été saisis durant l’année 2020 dans le grand Conakry et stockés. « Chaque trois mois nous procédons à des missions d’inspections, de contrôle des points de vente, des unités de fabrique, des magasins, des entrepôts pour s’assurer qu’effectivement ces produits sont de bonne qualité, analysés et mis sur le marché pour la consommation. Comme vous le savez, notre mission est de sauvegarder la santé des populations » rappelle Mohamed Kadiatou Sylla, Directeur Général de l’Office national du contrôle de qualité.

Pour Ousmane Keita, Président de l’Union des Consommateurs de Guinée, cette opération a deux sens « D’abord, c’est une alerte, un avertissement à tous ces opérateurs économiques véreux qui font rentrer frauduleusement ces produits périmés dans notre pays. Et le second sens, c’est l’effet pédagogique. En fait que les opérateurs sachent que maintenant ils ont où frappé lorsqu’ils découvrent la présence des produits périmés avec eux »,

Cette opération est le fruit des réformes engagées au sein de l’Office National du Contrôle de Qualité depuis quelques années par le Ministre Boubacar BARRY qui sensibilise les opérateurs économiques à travailler avec le Contrôle de Qualité au risque de subir la rigueur de la loi. « La procédure veut que chaque fois qu’ils constatent que des produits sont périmés dans leur stock, ils font une déclaration auprès de l’office qui procède à la saisie de ces produits, à leur analyse, la certification qu’ils sont effectivement périmés avant de passer à la destruction. C’est mieux que cet esprit civique puisse ramener chacun à jouer son rôle sur le marché, à défaut l’Office national du contrôle de qualité fera son travail et les opérateurs qui seront pris en flagrant délit de vente de produits périmés s’exposeront à des pénalités au niveau de leur activité conformément à la loi en vigueur ».

Il faut rappeler que ces mêmes opérations de destruction massives sont effectuées à l’intérieur du pays.