Mentir et écrire n’importe quoi pour être élu est une tromperie démocratique ( par Aly Badara Akila )

Le mensonge politique et la fausse promesse peuvent être et devraient être vus comme une trahison, tout au moins un dévoiement, de la démocratie guinéenne et une arnaque envers le peuple de Guinée qui est le détenteur de la souveraineté populaire.

Mentir et écrire n’importe quoi pour être élu est une tromperie démocratique, que même dés fois, les régimes autoritaires et dictatoriaux sans aucune considération dans leurs propagandes interne et externe qui transforme l’électeur en consommateur que l’on tente de gruger en lui vendant du n’importe quoi sont devenus des méchants.

La publicité mensongère peut être condamnée pénalement, mais pas les fausses promesses politiques. Des promesses irréalisables entretiennent le sentiment profond d’être membres d’une communauté politique identique. En Guinée, nous ne votons que pour des illusions pourtant imprimées noir sur blanc dans des programmes électoraux qu’un insoucieux ne pensera qu’à son bhonneur et non a celui du peuple. 

Des promesses trompeuses et mensonges éhontés peuvent être compris également comme des messages et des signes plus ou moins subliminaux envoyés à ceux de son propre camp. Ils participent alors d’un rituel partagé entre le politique et l’électeur qui est d’exprimer que l’on appartient au même monde idéologique.

Comme le peuple de Guinée sait que ces promesses sont irréalisables et que ce sont des balivernes, il entretient tout de même le sentiment profond d’être ami d’une communauté identique. Le programme électoral ou des tracts de campagne en Guinée, s’ils sont des morceaux d’orfèvrerie de fausses promesses et de mensonges, sont aussi, de ce point de vue, autant d’occasions de partager un univers commun entre ceux qui les écrivent et ceux qui les lisent. Il est important de condamner les menteurs que de fustiger ceux qui veulent bien les croire alors qu’ils savent qu’ils mentent. Il faut aussi que les politiques en usent et en abusent. Nos politiques quand ils viennent avec leur petit sac, ils tiennent des promesses intenables une fois au pouvoir, ils font le contraire. Pourquoi c’est le peuple qui souffre ? A dire vrai, la « promesse » n’est plus si souvent assumée comme telle. Le « parler vrai » est passé par-là et l’a dévaluée.  » Je ne vous ferai pas de fausses promesses » est devenu un élément de langage, tout aussi factice d’ailleurs que « je vous promets que… La promesse est une illusion, mais une illusion nécessaire », avait écrit Vincent Peillon dans son livre. Nos politiques mentent au peuple et sont incapables de tenir leurs promesses. Ils font assez de commentaires pour rien et dupent la population avec le petit 50 mille comme argent de poche. Les mangeurs de tout déjà, battent campagne sans problème. 

Le mensonge en fait trop, les promesses sont intenables et le peuple ne misera aussi que sur un d’entre eux même si on sait qu’ils ne viennent pas gouverner pour le peuple mais pour un seul clan.

Sans elle aussi, pas de véritable démocratie.

Avec elle, c’est une démocratie qui souffre aussi. 

Que le peuple gagne, et que la Guinée soit une et indivisible. Vive la Guinée pour que vivent les guinéens en famille. 

Aly Badara Akila, journaliste panafricain!!! 

(+224)625406393 (+224)662519697 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies