Mariama Sako Konaté à son père :«J’ai perdu une partie de moi lorsque j’ai perdu mon Papa…»

J’ai perdu une partie de moi lorsque j’ai perdu mon Papa

Papa, malgré tes charges administratives, tu fus ce père qui fut toujours là, pour le meilleur et pour le pire.

 

Ce n’est pas qu’un père que j’ai perdu, j’ai aussi perdu ma bibliothèque, mon meilleur professeur, celui qui m’a enseignée la vie et le sens de l’humanité. Mon meilleur ami qui est parti pour toujours…. Ce ne sera pas facile d’aligner ces lignes pour te rendre hommage, mais comme tu m’as toujours enseignée d’être forte, j’y arriverai….

Papa, tes amis, tes collaborateurs … témoignent que tu as été une tête, un Patriote : Une vie en tant que matrice du patriotisme Guinéen, dont j’ai l’honneur de présenter ci-dessous :

Tout a commencé après l’accession de la Guinée à l’indépendance le 02 octobre 1958, la France avait imposé une période de forte tension géopolitique via une propagande d’État hors normes pour non seulement déstabiliser le pays mais aussi le rendre vulnérable et infréquentable. Face à cette campagne de désinformation digne d’un film de fiction, des jeunes étudiants de la diaspora guinéenne du monde se sont organisés pour donner une riposte prompte et efficace. Parmi cette génération d’hommes et de femmes résolument déterminés à défendre l’image de marque et la dignité de notre jeune République, servait avec loyauté et intégrité, le regretté Lansana Sako (papa), celui qui deviendra avec faste le porte-flambeau de la résistance aux États-Unis à travers des articles de presse publiés dans les colonnes du quotidien New York Times pour répondre aux critiques infondées et à la propagande d’État sponsorisée par l’impérialiste.

Après avoir obtenu avec brio ton diplôme de l’école d’administration de la prestigieuse Université de COLUMBIA, le dynamique jeune étudiant poussé par le patriotisme décide de rentrer au pays, et cela malgré les multiples opportunités qui s’offraient à lui, pour servir la jeune République qui avait besoin de tous ses fils. Arrivé en Guinée, il occupa plusieurs postes de responsabilité avant d’être arrêté par les autorités d’alors. Il fera un an dans le fameux camp Boiro.

Mais grâce à sa patience, sa sagesse et son intégrité, il fut libéré et malgré ce désagrément, rien n’affecta son patriotisme et sa témérité, sans rancune.

Il resta au pays et assuma à nouveau avec distinction les charges qui lui furent confiées aussi bien au pays qu’à l’étranger, notamment en Allemagne.

Après la mort du chef suprême de la révolution, Ahmed Sékou Touré, leader qui l’avait tant inspiré, il resta dans la Fonction Publique en restant fidèle à son devoir de citoyen. Il ne pouvait pas trahir son idéal, à savoir l’honneur de contribuer au développement de la Guinée et de jouer son rôle d’ainé. Puisque les leaders viennent, disparaissent, mais le pays demeure.

Il accepta de se mettre au service de l’autorité militaire gérée en son temps par le président Lansana Conté qui voyait en lui un cadre compétent, respectueux du secret d’Etat et patriote. Au soir de sa vie, des cadres et des dirigeants de toutes origines étaient à son chevet à la recherche du savoir, de la sagesse, des codes de l’administration et de la diplomatie. C’était sa manière de réaffirmer son amour et sa fidélité pour la survie de sa nation et du continent.

Papa, j’aimerais te dire que la mort ne t’a pas vaincu car tu as réussi à marquer l’histoire et l’avenir de ton pays. S’il y’a des choses qui arrivent à me consoler de la douleur de ta tragique mort, ce sont entre autres les multiples témoignages sur le sens élevé de ton patriotisme.

Au revoir Papa. Je sais que ce que tu souhaites le plus pour la famille, pour ton pays bien aimé, tes amis… c’est le bonheur pour tous.

Je le ferai pour toi pour t’honorer car tu as toujours tout fait pour nous. Que la lumière d’Allah soit toujours sur toi ! et qu’il fasse de ton exemple de patriotisme une source d’inspiration pour la jeunesse et les générations futures!

Papa, tu peux être fier de la femme que je suis devenue : j’ai une famille, des enfants qui portent ta marque de noblesse, d’intégrité et de loyauté, un bon travail et un mari qui incarne tes valeurs. Oui! Le Général Sékouba Konaté est l’homme de la démocratie en Guinée. Eh oui papa, tu peux être fière de ta petite fille, celle que tu as bercé avec amour, tendresse et rigueur, marche dans ton ombre, toujours u service de la Nation et à l’avant-garde du patriotisme.

Papa, tu peux également être fier de ta femme, ta compagne de tous les jours et pour toujours. Maman Hamide, celle qui a partagé des moments de joie et de peine avec toi, est là, toujours au service de sa famille.

Mariama Sako Konaté

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies