Info d'ici et d'ailleurs

Mamadou Aliou Barry : »Le FNDC ne fait que répondre à la provocation volontairement orchestrée le président de la République »

Ces derniers  temps,  le débat politique guinéen est marqué par des propos belliqueux. Le président Alpha Condé en campagne dans la préfecture de Faranah a  dit de frapper toute personne qui va saccager le bureau de vote le 1er mars prochain.
Le FNDC reste aussi droit dans ses bottes pour empêcher la tenue des élections. Le President de l’observatoire nationale  de la démocratie et des droits de l’homme, Mamadou Aliou Barry, estime que le 1er mars prochain,  on risque d’avoir une vraie « révolte populaire  » dans le pays.
《Vous  imaginez dans un pays où le chef de l »Etat va au siège d’un parti politique pour demander aux militants de se préparer à l’affrontement, il dit dans une préfecture du pays, frapper quiconque va saccager les bureaux de vote. Ce n’est pas le rôle d’un président,  il est élu,  il a juré sur une constitution,  il est le garant de la stabilité politique et de la paix sociale de son pays. Mais, aujourd’hui nous avons à la tête de notre pays un président qui lui-même est belliqueux. Le FNDC ne fait que répondre à la provocation volontairement orchestrée par le président de la République》, a martelé ce mardi,  lors de son intervention dans l’émission « œil de Lynx « 
Selon ce spécialiste des questions de defense et de sécurité , le 1er mars prochain qui est la date prévue pour les législatives et le référendum, on risque d’avoir une vraie révolte populaire dans le pays parce que, justifie monsieur Barry :《c’est le scrutin qui va être le déclencheur de cette révolte et là,  je pense que ce ne sera pas maîtrisable.  On s’acheminera tout droit vers un gouvernement de substitution. Aujourd’hui monsieur Alpha Condé a montré ses limites parce que, ce processus qu’il a mis en place,  ce n’est pas un processus transparent, c’est juste un coup d’État constitutionnel comme le disent certains.》
Pour une solution de de sortie de crise, Mamadou Aliou Barry estime qu’il est temps si le processus électoral est  maintenu pour le 1er mars《 que le peuple se joint au FNDC pour mettre en place un gouvernement de substitution. Parce  que,  ce pouvoir n’est plus légitime.》
 Said gaya,pour flashguinee.info