Mahamadou Issoufou : « L’alternance pacifique qui a manqué au Niger depuis des décennies, va se réaliser… »

Ce dimanche 21 février 2021, les Nigériens ont voté au compte du deuxième tour de l’élection présidentielle. Un scrutin qui met fin à la violation d’un principe démocratique dans le pays, l’alternance. À cette occasion, le chef de l’État nigérien a exprimé sa fierté de passer le pouvoir à un autre président démocratiquement élu après avoir accédé démocratiquement à la tête du pays il y a dix (10) ans.

Mahamadou Issoufou fonde ses arguments sur les différents défis auxquels son pays fait face. Pour relever ces défis, « il nous faut des institutions démocratiques fortes et stables. Construire ces institutions a toujours fait partie de mes priorités. Et c’est en cela que je me suis employé depuis dix ans. Notamment à travers l’organisation d’élections libres et transparentes, comme le prouvent d’ailleurs les trois scrutins précédents. Celui du 13 Décembre et ceux du 17 Décembre. Cette fois-ci encore, je pense que le deuxième tour de l’élection présidentielle sera un scrutin libre et transparent. C’est-à-dire que l’alternance est en marche. L’alternance pacifique qui a manqué au Niger depuis des décennies, va se réaliser », a-t-il fait savoir au cours d’une interview qu’il a accordé à nos confrères de la radio Fim FM.

Poursuivant, l’ancien président de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ne cache pas sa joie de permettre au pays de connaître sa première alternance démocratique.

« Je suis fier d’être le premier président démocratiquement élu de notre histoire, à pouvoir passer le relais à un autre président démocratiquement élu. C’est un événement majeur dans la vie politique de notre pays », s’est réjoui Mahamadou Issoufou.

Par ailleurs, le chef de l’État nigérien a rendu hommage aux citoyens de son pays pour leur maturité politique.

 

Boubacar Barry