L’UFDG, la victime d’Alpha Condé !

Jamais un parti politique n’avait subi une telle violence de l’État dans un pays. L’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), puisqu’il s’agit d’elle, est ballonnée depuis l’arrivée au pouvoir d’Alpha Condé.

La violence de l’État s’exerce sans aucune preuve sur les responsables et militants de ce grand parti majoritaire en Guinée. Les larmes d’injustice continuent malheureusement à couler au grand dam du régime autoritariste.

Depuis novembre 2020, la crème de l’UFDG est clouée sous les verrous de la maison centrale de Coronthie pour avoir dit l’expression du peuple de Guinée. De quoi reproche-t-on à Ousmane Gaoual, Ché rif Bah, Cellou Baldé, Abdoulaye Bah, Ismaël Condé les membres de l’ANAD et ceux du FNDC ?

Aucune charge ne pèse contre ces leaders, sinon qu’Alpha et son clan cherchent à éliminer l’UFDG de Cellou Dalein Diallo sur le terrain politique. Le président de l’UFDG a été le vainqueur, haut les mains, de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020. Cela est un fait indéniable et incontestable vu les procès-verbaux sortis des urnes.

Pour affaiblir le nouveau président élu, Alpha Condé n’a trouvé qu’une seule et unique alternative : mettre au cachot les proches de Cellou Dalein comme c’est le cas aujourd’hui.

Tout le monde connaît les conditions de détention en Guinée. L’état actuel de la maison centrale a démontré les méthodes communistes appliquées sur les détenus. La mort de certains détenus politiques dans cette maison carcérale a mis à la face du monde une réalité connue et entretenue par le régime d’Alpha. Roger Bamba et Cie y ont laissé leur vie pour juste avoir militer au sein de l’UFDG.

Il y a lieu de craindre pour la vie des autres prisonniers d’Alpha Condé. A son âge, le vice-président de l’UFDG, Chérif Bah, devait être traité avec dignité et honneur pour avoir servi la nation. C’est une sommité de ce pays. Cela est valable pour les autres. Ces hommes intègres et loyaux doivent être libérés sans aucune condition. Puisqu’ils sont détenus pour leur conviction, que dis-je ? La conviction du peuple de Guinée qui a préféré Cellou à Alpha.

Parlons de la fermeture obligée du siège et du QG de l’UFDG.

Le siège de l’UFDG est le seul endroit où les militants et les sympathisants se retrouvent pour échanger avec les responsables du parti des problèmes et de l’actualité guinéenne dans une ambiance festive.

Après l’élection présidentielle du 18 octobre, nous avons constaté avec amertume suite à la confiscation de notre victoire. Notre siège a aussi été fermé et surveillé par leur soi-disant gouvernement alors que cela viole systématiquement nos droits.

L’UFDG est un parti légalement constitué. Sans nul doute aujourd’hui, ses assemblées générales nous manquent énormément et il faut qu’ils arrêtent de nous priver de ce droit inaliénable.

Pour la détermination des militants et des sympathisants du parti, certes, je dois vous dire que la fermeture de nos locaux nous attriste ; mais cela renforce davantage notre détermination à continuer les activités au sein du parti de la plus belle des manières.

D’ailleurs, je vous apprends que l’UFDG est pour nous comme un état d’esprit. Qu’on se rencontre ou pas au siège, nous avons toujours confiance à notre leader charismatique, Elhadj Cellou Dalein Diallo ainsi qu’à tous nos responsables au plus haut niveau et cela est un sentiment partagé de la quasi-totalité de nos militants.

 

Barry Aïcha mo Nènè

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies