Liberté de la presse : la Guinée classé 1O9ème sur 180 pays

Ce mardi 20 avril 2021, Reporter Sans Frontière a publié son rapport 2021 sur la liberté de la presse dans le monde. La Guinée qui est classé en bas du tableau, a été classé 109, soit une progression d’une place.

Rapport RSF

En Guinée, le régime du président Alpha Condé n’est pas tendre envers la presse. Depuis le lancement du processus de son troisième mandat, en 2016, des professionnels des médias connaissent des tentatives d’intimidation de la part de certains hauts cadres de l’Etat et les journalistes font l’objet de menaces récurrentes. Le président tient souvent des propos sévères sur les médias nationaux et internationaux, et les organisations de défense de la liberté de la presse. Les autorités tentent régulièrement de censurer les organes critiques du pouvoir sous des prétextes administratifs ou juridiques. Ces dernières années, l’accréditation du correspondant de RSF et RFI a été suspendue à la suite d’une enquête sur la responsabilité présumée de militaires dans la mort de deux hommes. Plusieurs journalistes étrangers ont également été contraints de quitter le pays après des accusations, notamment d’espionnage, montées de toutes pièces. Malgré la dépénalisation des délits de presse, avancée notable pour la liberté de la presse dans le pays, il arrive encore que des journalistes fassent l’objet d’arrestations et de détentions qui peuvent durer plusieurs jours. La révision de la loi sur la presse annoncée par le ministre de la Communication inquiète les professionnels du secteur, alors que la loi sur l’accès à l’information adoptée en 2010 n’a toujours pas été promulguée. Enfin, lors des élections d’octobre 2020, les sites Le Lynx, de Guinée Matin et aminata.com ont été suspendus ou menacés de suspension.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies