La nouvelle est à vos côtés.

Les politiciens ne sont pas la solution, ils font partie du problème ! Par Abd Akila Soumah journaliste !

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Partager

Depuis que le système électoral est en place, celui-ci apparaît pour une grande partie de la population comme le seul et unique moyen de participer à la vie politique et de désigner ses dirigeants.

Ce système de représentation nous est inculqué depuis des générations comme unique modèle pour parvenir à une prétendue démocratie ; il peut être laissé de côté par les déçu-e-s de la politique, mais il est rarement remis en cause.

Les politicien-ne-s de moins en moins crédibles en Guinée et ailleurs.

La démocratie représentative est en crise ; les taux importants d’abstention sont une tendance lourde depuis la fin des années 1980. Le « peuple », tout du moins celui qui a le droit de voter aux élections (les étranger-e-s et les personnes privées de leurs droits civiques en sont exclu-e-s), se sent de moins en moins représenté par la classe politique. Plus globalement, on peut affirmer que de plus en plus de personnes comprennent que le vote aux élections n’est pas un moyen de changer réellement les choses, voire que les élections les privent de l’exercice de leur souveraineté en donnant des chèques en blanc à des politiciens.

Il apparaît clairement que ce système de représentation a été mis en place pour qu’une minorité conserve le pouvoir et qu’il sert à museler les soulèvements populaires par le jeu des échéances électorales. Car pour ceux qui détiennent le pouvoir, le seul espace légitime laissé au reste de la population pour exprimer ses choix est confiné aux urnes : cela leur permet de limiter le plus possible l’impact des luttes sociales, en ne prenant pas en compte leurs revendications.
Au-delà du refus de donner carte blanche aux politicien-ne-s, notre refus de participer aux élections, ou d’y voir un moyen de changement social émancipateur profond, s’explique donc aussi par l’analyse que nous portons sur l’État.
Celui-ci n’est pas une structure neutre, il vise d’abord à se perpétuer, et est toujours au service de la classe dominante ou d’une nouvelle classe dominante.

Loin des urnes, renforcer les luttes

C’est pourquoi ce n’est pas par une prise de pouvoir politique que l’on peut parvenir à un changement social émancipateur. Il est d’ailleurs vain d’espérer, au sein d’une société capitaliste, une organisation politique égalitaire puisqu’il y subsiste l’inégalité économique.

De même, une révolution économique qui maintiendrait un système politique inégalitaire engendrerait la reconstitution d’une nouvelle (ou ancienne) classe dirigeante : c’est l’exemple des révolutions d’inspiration marxiste de tout le 20e siècle. Le propos de Michel Bakounine, qui affirmait il y a plus d’un siècle et demi que « la liberté sans le socialisme, c’est le privilège et l’injustice, et le socialisme sans la liberté, c’est l’esclavage et la brutalité », conserve ainsi toute sa pertinence aujourd’hui.

Les institutions font système avec le capitalisme, et le capitalisme se nourrit des inégalités sociales, comme de la soumission des travailleurs et travailleuses. Rompre avec l’injustice sociale, c’est donc aussi rompre avec l’État, et donc avec le système électoral. La minorité dominante l’a compris et, en quête de cette légitimité dont elle a besoin pour gouverner, elle recoure à des stratégies pour nous effrayer et nous culpabiliser de ne plus voter : le fameux vote du moins pire ou le vote barrage à l’extrême-droite ne sont que des outils supplémentaires brandis par les politiciens pour se déresponsabiliser et éloigner la population des alternatives possibles.

PUBLICITÉ

Les gouvernants dans l’insouciance sauf parler d’un troisième mandat.

Le peuple est dans l’oubliette, les gouvernants ne font que parler d’une modification de la constitution et deviennent même des vieillards politiques. Tellement qu’ils sont perdus dans leurs pensées, ses mêmes personnes dans le régime conté se retrouvent dans le gouvernement d’Alpha Condé pour ternir l’image du président. Mais c’est Alpha Condé lui-même qui fait du bien pour eux et non pour la population, ses cadres n’hésitent pas d’oublier le peuple pour leur propre intérêt.

La force de l’État dans le pays d’Alpha Condé après l’installation des PA.

Auparavant, les opposants et les forces vives de la nation manifestaient contre la mauvaise gouvernance dans le pays. Mais depuis après l’installation de ses PA, ils se nourrissent maintenant des déclarations par voie de presse. Malgré tout ça, ses destinataires de la nouvelle constitution continuent de jouer le même rôle pour soutenir farouchement la nouvelle république tout en modifiant la constitution. Mais bref, eux opposants et forces vives, sont sur une même rectiligne pour dénoncer le fait. Mais ce qui est remarquable dans leur discours tenu, ses opposants et forces vives parlent toujours de PA. Et lui Kassory Fofana comme la force en lui reste inébranlable, interdit toutes les manifestations sur l’autoroute Fidel castro et a Kaloum. Fait-il allusion maintenant sur l’axe Sonfonia, Bambeto, cosa et Hamdallaye? En tout cas, les PA sont installés. L’opposition quant à elle, continue de faire une étude pour contrecarrer ses PA alors voici la force de l’État.

Les cadres guinéens font la honte de leurs enseignants.

Oui c’est Akila qui le dit pourquoi ? De nos jours en Guinée, nos cadres avec leurs études font une manière extravagante pour mentir à la population. Un étudiants venu de la France en droit, en économie ou même en politiques publiques se sert du grand mensonge pour parler de cette constitution pour dire qu’il faut la changer. Comment celui qui a fait l’économie peux se permettre de parler du droit? Mais la plus grosse bise c’est parce que ceux de droit refusent de répondre à ses mensonges. Nos cadres font du cinéma estudiantines mensongères pour convaincre les citoyens cécités qui ne veulent pas voir les réalités de leur pays. Du bon gré malgré, nos cadres font pire que les deux fois que je ne peux même pas en parler parce que a l’Occident je ne peux que courbé ma tête devant les autres pays que la Guinée peut servir avec noblesse. Mais comme moi mon pays même si tu étudie, les cadres eux dans les départements ministériels t’apprenent a mentir pour que tu te fait de l’argent. Mais hélas j’entends même les dire que dans la politique y’a pas de dignité humaine et que la politique on m’apprend que c’est l’art de mentir. Mais voyez vous ça! Ou en sommes nous? Mon pays la Guinée accepte de sortir de l’ornière, vous les cadres ne faite pas cela et demander à ce que cette jeunesse prenne une bonne réception dans l’honnêteté et non dans la malhonnêté. Je ne vais pas être trop long sur ça, mais vraiment les cadres guinéens font du patatra et même dans leurs interventions, on sent de l’amphigouri dans vos interventions. Modification, modification de la constitution mais essayer de vous levez d’abord pour travailler afin que le peuple lui même dit que vous avez fait un bon travail. Mais je trouve que cela est trop-tard parce que dix ans c’est pas dix mois. Avant de finir mes cadres un peu compétents, je vous donne cette philosophie. J’ai quitté le navire,

Avant que je ne chavire…
J’ai dit adieu à l’équipage,
Et je pars désormais en naufrage…
Je ne sais où, je ne sais quoi…
Le chant des sirènes peut-être me guidera…
Je vais me laisser aller sur l’océan de la vie,
Une île déserte sera peut-être mon paradis…
Les vagues douces ou déchaînées…
Me porteront vers ma nouvelle destinée…

 
Amoulanfé kha allahthin. Jeunesse réveille toi…
 
Paix à l’âme du jeune étudiant qui a succombé sur ses blessures. Que la terre lui soit.
Abd Akila journaliste!Que Dieu bénisse la Guinée et les guinéens.

662519697 625406393

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter
Inscrivez-vous ici pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et offres spéciales directement dans votre boîte de réception.
Vous pouvez vous désabonner à tout moment

La Rédaction Vous Propose Également:

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepté Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies