Info d'ici et d'ailleurs

Le procès des douze enseignants renvoyé au jeudi 23 janvier pour des raisons de sécurité

Les syndicalistes arrêtés en marge de la grève du SLECG et poursuivis en justice devront encore attendre avant d’être fixé sur leurs sorts. Le délibéré du procès attendu ce mardi a été renvoyé au jeudi 23 janvier prochain.

Maitre  Béa je m’attendait à la libération de ses clients à t-il dit devant les médias. <<Ce matin, tout portait à croire que ces enseignants allaient regagner leurs familles après un parcours judiciaire plus ou moins tumultueux>>, a-t-il déclaré devant les  journalistes.

‘’On reclame toujours  leur innocence et on fait tout pour démontrer l’innocence de ces syndicalistes. Ils ont été injustement arrêtés et poursuivis dans le seul but de faire du mal ou saper l’élan des revendications salariales’’,  affirme Maître Bea

Sur les raisons du renvoi du délibéré, Maitre Béavogui assure que <<e tribunal ne peut pas valablement siéger. Parce que les prévenus n’ont pas été extraits. Ce n’est pas la faute au tribunal. Le procureur de la République est là, le président du tribunal audience et les avocats aussi. Mais la sécurité qui doit extraire nos clients de la maison d’arrêt au palais de justice est déployée ailleurs pour des raisons de sécurité>>.

Maître espère que ‘’le jeudi 23 janvier, les choses vont rentrer dans l’ordre. Parce que nous avons du pain sur la planche. Il y a au moins trois ou quatre dossiers dont celui de deux élèves qui ont été arrêtés. Ce sont  les conséquences de la grève. Il y a une vingtaine de personnes qui croupissent en prison depuis le déclenchement de la grève du SLECG le jeudi 09 janvier 2020.

Aissatou Barry