Le Prix RFI Théâtre 2020 décerné au Guinéen Souleymane Bah pour son œuvre «La Cargaison»

« Je suis arrivé à l’écriture théâtrale par effraction. » L’auteur et metteur en scène Souleymane Bah, 46 ans, reçoit ce dimanche 27 septembre au Festival des Francophonies, Les Zébrures d’Automne, à Limoges, le Prix RFI Théâtre 2020 pour La Cargaison . Le texte de l’écrivain guinéen, exilé en France depuis quatre ans, nous invite à une « déambulation macabre » peuplée de destins brisés, échoués quelque part.

Détendu et déterminé à la fois, doté d’une aisance de choisir les mots et de prendre la parole, lors de notre rencontre avec le lauréat, la forte personnalité de Souleymane Bah s’impose dès la première phrase. Encore plus grande que sa joie d’avoir remporté le prix RFI-Théâtre est sa fierté d’avoir relevé un défi qui lui semblait longtemps de l’ordre de l’impossible.

« Cela signifie pour moi la reconnaissance de mon travail en tant qu’auteur. Évidemment, j’ai déjà une longue carrière de metteur en scène, mais j’ai commencé à écrire pour le théâtre très récemment, en 2016. Pour moi, l’écriture théâtrale a été toujours quelque chose dont j’ai eu peur. Je dis souvent : je suis arrivé à l’écriture théâtrale par effraction. Avoir ce prix est une reconnaissance, un énorme plaisir et un grand honneur. »

Une fable politique

Le texte lauréat, La Cargaison , est une fable politique, dans la même veine que sa pièce précédente, Danse avec le diable , présentée par RFI au Festival d’Avignon 2019 dans le cercle de lecture

Ça va, ça va le monde ! Dans La Cargaison , l’obsession de l’auteur pour les détails est palpable dès le titre, annoté d’une remarque sur la chronologie du texte à respecter. Visiblement, l’ordre des événements historiques est sacré pour Souleymane Bah : « C’est quelque chose de très important dans le cadre de cette pièce. C’est une polyphonie. Plusieurs corps et objets prennent la parole, des gens qui sont morts, sans oublier tout ce qui est autour des corps : des cimetières, des corbillards, etc. Pour moi, la parole de tous ces objets et de toutes ces personnes n’est pas forcément une parole ordonnée telle que je l’ai ordonnée. C’est-à-dire que le cimetière a peut-être parlé plus tôt que le corbillard ou inversement. Ou peut-être tous sont en train de parler au même moment. Ils ne sont pas obligés d’écouter les uns les autres. Donc, la chronologie que j’ai mise dans la pièce est simplement là, parce qu’on a besoin d’une chronologie. Après, chaque metteur en scène a la liberté d’utiliser la chronologie qu’il veut. »

« Coincés dans un monde qui n’est pas le nôtre »

La pièce parle de gens « coincés dans un monde qui n’est pas le nôtre ». C’est un monde sinistre, mortifère, rythmé par les souffrances, les complaintes et le désespoir total de gens échoués quelque part. Cette « déambulation macabre » suscite un univers terrifiant pas tout à fait mis au monde par l’auteur.

« La pièce est fortement inspirée de l’assassinat de onze jeunes Guinéens après une manifestation en octobre 2019 dans le cadre de la lutte du changement de la constitution et la volonté du chef de l’État guinéen actuel de briguer un troisième mandat. Les corps des onze jeunes ont été pris au piège par les deux extrêmes : le mouvement FNDC qui lutte contre le changement de la Constitution [permettant à Alpha Condé de briguer un troisième mandat présidentiel, ndlr], voulait offrir à ces corps des funérailles grandioses. De l’autre côté, l’Etat, le pouvoir, n’a pas envie que les choses se passent ainsi, parce que cela montrerait aux yeux du monde le caractère répressif de l’Etat. Les corps ont été pris dans ce piège-là et ils ont eu du mal à être enterrés. Certains étaient même en situation de décomposition. La pièce est fortement inspirée de ces cadavres qu’on a pendant très longtemps trimballés entre un hôpital et un autre… »

Radio France Internationale

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies