Info d'ici et d'ailleurs

Le BL de Faya Millimouno se vide : un des membres fondateurs quitte le navire

Depuis quelque temps, le Bloc Libéral dirigé par Faya Millimono, enregistre une série de démissions. Cette fois, c’est au tour de Ibrahima Diawo Diallo, secrétaire chargé des Fédérations à l’étranger. Ce jeudi 04 février 2021, dans une lettre adressée à Faya Millimono, le conseiller personnel du Président du parti, explique les motifs de sa démission par ‘‘une profonde déception’’

Lettre de démission…

Date : le 2 Février 2021

 Objet : Démission du Bloc Libéral

 Monsieur le président, Si je vous adresse cette lettre aujourd’hui, c’est parce que j’ai pris la décision, après mûre réflexion, de démissionner du Bloc Libéral. (BL) Pour moi qui suis membre fondateur du Bloc Libéral depuis la création du parti en février 2013. Moi qui ai occupé la fonction stratégique de Secrétaire en charge des fédérations de l’étranger et de conseiller personnel du président du Bloc Libéral, j’aurais préféré n’avoir jamais eu à prendre une telle décision.

C’est donc avec le cœur lourd et beaucoup de tristesse que je rédige la présente lettre que j’estime cependant absolument nécessaire, dans les circonstances actuelles. En effet, ma démission du Bloc Libéral est la résultante d’une profonde déception qui est à la hauteur de la confiance que j’ai placée en vous, ainsi que du respect et de l’admiration que j’ai toujours témoignée à l’endroit de votre personne.

C’est cette confiance qui m’a permis de m’ouvrir à vous, de me rapprocher de vous, de vous suivre par conviction et d’adhérer à « la Nouvelle Génération pour la République (NGR) », le parti fondé et présidé par Ibrahima Abé Sylla, dans lequel vous militez à l’époque. Et quand vous avez démissionné de la NGR le 27 Avril 2012, j’étais en plein accord avec vous quand vous avez énuméré les raisons principales justifiant votre démission.

C’est également cette même confiance qui m’a amené à vous suivre en démissionnant à mon tour de la NGR et à faire partie des membres fondateurs du Bloc Libéral en Février 2013, soit dix (10) mois après notre démission de la NGR. Depuis, j’ai toujours essayé d’aller au bout de mes engagements et d’apporter ma modeste contribution à la réalisation des objectifs que nous nous sommes fixés dans le cadre de notre mouvement politique.

Je suis profondément surpris de constater que les mêmes raisons qui nous ont conduits à démissionner vous et moi de la NGR, sont devenues votre comportement de tous les jours ces dernières années au sein du bloc libéral.

J’estime en mon âme et conscience, avoir donné le maximum de moi-même pour le fonctionnement et le succès de notre parti. Qu’il s’agisse de la mobilisation des militants et de l’installation des structures du parti tant à l’intérieur qu’ à l’extérieur du pays mais aussi du point de vue financier j’aimerais rappeler les démarches personnelles que j’ai effectuées pour l’obtention de la caution de la candidature du parti pour les élections présidentielles de 2015 ainsi que les frais de campagne. Il faudrait noter que j’ai mené tout seul ces démarches.

J’ajouterai à tout cela les contributions financières et régulières pour la vie du parti depuis sa création jusqu’à nos jours.

Monsieur le président, pour un parti politique comme le nôtre qui est engagé dans des actions et des projets difficiles à réaliser dans un environnement changeant, la confiance a une place importante, car elle a l‘avantage d’amener les partenaires à tenir leurs engagements au service de la cause commune, et à faire en sorte que les comportements des uns et des autres restent toujours prévisibles. Si l’attitude des partenaires clés en qui nous avons placé notre confiance change, et qu’elle s’avère être différente de ce que nous attendions, il s’en suivra nécessairement un sentiment de trahison et de perte de confiance, surtout si le partenaire en question est le chef hiérarchique, le guide et le mentor de l’organisation.

A la vérité, j’ai commencé à me poser des questions sur votre attitude lors des débats sur la participation ou non du BL à l’opposition Républicaine. Je ne reconnaissais plus le Faya Millimono que j’ai connu et admiré.

Et puis, au fil des années, vos prises de positions équivoques ou troublantes sur certaines questions importantes affectant l’avenir de notre pays et de notre mouvement m’ont amené à m’interroger sur ma place et mon avenir dans ce parti.

J’aimerais juste mentionner les faits suivants qui m’ont à la fois surpris et profondément choqués, mais qui ont surtout permis de nous révéler des aspects de votre personnalité et de votre moi profond que nous ignorions jusque-là. Ce sont :

1) Votre décision unilatérale de reprendre le 2ème congrès du parti organisé les 29 et 30 Août 2020, alors qu’une majorité de militants et sympathisants n’était pas d’accord.

2) L’absence d’un positionnement politique claire et net du BL sur l‘échiquier politique national, et l’adoption depuis un bon moment par le leader du BL, d’une « position non alignée » qui est contraire à la constitution guinéenne de 2010, laquelle exige des partis politiques qu’ils se prononcent clairement sur leur appartenance soit à la mouvance présidentielle, soit à l’opposition.

3) Les rencontres fréquentes avec Alpha Condé sans avoir le mandat du parti, dont les responsables et les militants sont informés après lesdites rencontres.

4) Tout récemment, vous avez pris tout seul la décision de participer à l’investiture de Mr. Alpha Condé alors que le BL n’a jamais reconnu la constitution du 22 Mars. 2020 ainsi l’élection présidentielle du 18 Octobre 2020.

5) Le harcèlement que subissent des responsables du parti ayant pris part à une conférence de presse organisée récemment sur le dysfonctionnement interne du parti aboutissant à des sanctions extrêmes et ciblées sans avertissement. Plus grave, vous allez plus loin pour poursuivre vos anciens amis et collaborateurs de longue date en justice qui n’est qu’une manière de les pousser dehors à la veille du congrès que vous avez voulu organiser à votre manière. Quel abus de pouvoir !

6) Enfin, il y a deux semaines, vous vous êtes même permis de retirer mon nom des plateformes du parti (notamment le Forum Whatsapp du bureau exécutif national). C’était là, à n’en point douter, une décision illégale et arbitraire, car je reste et demeure membre du bureau exécutif national jusqu’à la prise de fonction du nouveau bureau qui n’a pas encore été élu.

En conclusion, je me sens trahi aujourd’hui par celui qui fut mon idole hier. C’est pourquoi j’estime que c’est le bon moment pour prendre mes responsabilités et réorienter mon destin politique.

 Veuillez agréer, monsieur le président du BL, l’expression de mes sentiments distingués.

Ibrahima Diao Diallo

Ex Secrétaire en charge des fédérations de l’étranger et conseiller personnel du président du Bloc Libéral