Les nouvelles sont à vos côtés.

Labé : comment a été cette troisième journée de la grève du FNDC ?

La grève appelée par le FNDC se poursuit à Labé. En sa troisième journée de grève, les routes restent toujours barricadées par les jeunes manifestants.
En cette troisième de grève, mercredi 15 janvier 2020 ,les forces de l’ordre tentent toujours de faire revenir le calme dans la cité de karamoko alpha mo Labé, mais, les jeunes manifestants de la commune urbaine restent toujours déterminé malgré les tirs à balles réelles dans certains endroits de la ville ,notamment sur l’axe pounthioun ,tata et NDjolou où des accrochages ont eu lieu entre force de l’ordre et jeunes manifestants .
Trouver sur le pont pounthioun certains jeunes qui ont accepté de se prêter à nos questions témoignant. 
« Nous nous étions assis calmement lorsque les forces de l’ordre nous sont venus tirer des balles réelles sur nous et nous asphyxant du gaz lacrymogènes ,on voulait les brûler ici vif ,on a fait que barricader les routes rien d’autre, mais ,nous allons les attendre ici jusqu’au soir parce que nous voulons que le président parte et surtout le gouverneur de la région administrative de Labé, celui qui a ordonné aux militaires qui se trouvent au camp de venir en ville et tuer les gens ils ont assassiné deux personnes à Labé ici plus les blessés par balles » 
Pour le coordinateur du FNDC dans le quartier Safatou 1 Mamadou Nouhou Baldé, ils manifestent pour s’inscrire dans la logique du Front national pour la défense de la constitution.
Il dit « Nous manifestons pour s’inscrire dans la logique du fndc (Front national pour la défense de la constitution) donc vous savez le président veut tout faire pour tripatouiller la constitution actuelle, afin de briguer un troisième mandat, nous ne voulons pas qu’à chaque fois qu’un président vient au pouvoir tripatouille la constitution, nous voulons qu’il fasse ses deux mandats et libérer la place pour un autre,nous manifestons non seulement pour préserver la constitution et pour instaurer la démocratie et l’état de droit de Guinée. 
S’agissant des personnes assassinées avant d’adresser ses condoléances, ils déplorent les attitudes des forces de l’ordre qui tirent à bout portant sur les manifestants  
« Nous déplorons les assassinats dans les manifestations, nous ne voulons pas qu’il y ait des morts, parce que les jeunes qui manifestent n’usent pas de la violence, ils veulent juste montrer à l’opinion nationale et internationale que nous ne voulons pas en tant que guinéens qu’il change notre constitution, nous voulons que nos dirigeants respectent la démocratie et l’état de droit de Guinée. »
Malgré la répression de l’armée, les jeunes sont déterminés à poursuivre leurs mouvements de contestation dans la commune urbaine de Labé.

Vous pouvez lire aussi :  Labé : la désobéissance civile paralyse toutes les activités du centre-ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite