La lettre sportive : 43ans déjà du triplé du Hafia.

Cette semaine, nous vivons le quarante troisième anniversaire de l’his dutorique triplé réalisé par le Hafia Football Club de Conakry.

Une performance qui marqua d’un sceau indélébile la place du football national sur l’échiquier continental et international.

En dépit de cet éclatant succès, quatre décennies après le triomphe continental de 1977, les footballeurs de cette génération dorée du football Guinéen ont connu des fortunes diverses.

Le plus célèbre d’entre eux, El Hadj Chérif Souleymane unique ballon d’or du pays en 1972, est aujourd’hui instructeur de la FIFA. Après avoir été en 1980 entraîneur national à la tête du Syli national à la CAN de cette année au Nigeria, cinq ans plus tard, il conduit le Syli cadet au mondial de la catégorie en Chine.

Successivement, il occupa les fonctions de directeur du stade du 28 septembre, membre de l’encadrement technique de l’équipe nationale, puis directeur technique national de 2000 à 2013. Quelque temps passé dans l’encadrement du Horoya AC, depuis le mois d’août dernier, il revient aux commandes de la direction technique nationale de la fédération.

Petit Sory quant à lui est Directeur général du complexe sportif du stade du 28 septembre. Plusieurs ex champions d’Afrique exercent dans l’administration et le secteur privé.
Le destin aura été fatal pour d’autres, comme Soumah Soriba Edenté le tout premier capitaine du Hafia qui souleva le trophée conquis en 1972. Il mourut le 11 juin 2004 dans le dénuement le plus total à la suite d’une longue maladie. Un autre célèbre disparu, Mamadou Aliou Keïta plus connu sous le nom de N’Jo Léa, victime d’un infarctus le 11 avril 2004.

A ce chapitre des décès, il y a lieu de citer entres autres, Aly Badara Keïta Kolev, Arsène Campbell, Morciré Sylla, Ibrahima Soumah Calva 3, Alsény Diaby Lévia, Gassimou Camara Hidalgo, Kabinè Kouyaté Pégri, Youssouf Camara Jansky, Amara Touré, Bangaly Sylla, Mané Garrincha Bangoura, Mory Koné, etc.
Si le club Hafia existe toujours en tant que tel, il a beaucoup perdu de sa superbe.

Depuis trois saisons un opérateur économique gère les destinées de ce club. Les anciennes gloires du Hafia, qui ont créé une association n’ont malheureusement pas repris la gestion du Hafia. Au fil des ans, faute d’une véritable politique de conservation des vestiges du passé, le souvenir de ce club mythique s’estompe progressivement. Pour preuve, ce quarantième troisième anniversaire passe presque inaperçu. Tout le mois de décembre aurait dû être consacré à des activités dédiées au Hafia Football Club. Une initiative devant permettre d’informer la génération actuelle, qui ignore l’histoire sportive du pays.
Pour ceux qui s’en souviennent encore, la journée du 18 décembre 1977 aura connu une ambiance des plus folles à la fin des 90 minutes de la finale retour disputée au stade du 28 septembre de Conakry. Un stade plein comme un œuf, qui refusa du monde… Les acteurs de cette victoire ont été célébrés comme de véritables héros. Ce triplé fut d’ailleurs exploité à fond par les autorités d’alors pour vendre l’image du pays et justifier la politique, qui prévalait. Aujourd’hui, l’on est en droit de nous poser la question de savoir que sont devenus nos valeureux footballeurs ?

A chacun d’y répondre, et à très bientôt !

Plume de Thierno saidou Diakité consultant sportif.