La nouvelle est à vos côtés.

La Guinée ne risque-t-elle pas de perdre ses répères historiques?(Par Marouane Dinguiraye)

C’est une interrogation bien légitime. La volonté d’effacer l’histoire glorieuse de notre peuple pour des fins et dessins politiques semble être ses derniers temps une triste réalité.
Ne dit-on pas que nul n’a le droit d’effacer une page de son histoire? Car, on argumente comme quoi un peuple sans histoire est un monde sans âme.
Les mutins politiques aux pratiques convulsives se donnent comme programme de société la réécriture de l’histoire souvent marquée au rouge avec la ferme volonté de supprimer dans le livre d’Or les héros du passé.
Aujoud’hui, le 28 septembre 1958 ne dit plus grand-chose aux guinéens. Car, de la gloire on est à la tristesse. Le très sombre 28 Septembre 2008 efface de nos memoires ce passé historique assez glorieux et laborieux. Une date pour deux souvenirs. C’est le mixage entre le rire et les pleures. La cohabitation entre bonheur et malheur. Le 28 Septembre devient une date souillée et humiliante.
Le 03 Avril 1984, la Guinée entre dans une révolution démocratique. Le changement de l’ordre s’opère à la suite de la disparition du régime revolutionnaire. La prise du pouvoir par l’armée. La Guinée s’ouvre et la liberté est admise pour tous. C’est la perestroïka.
35 ans après, toujours avec la même date mais pour une autre cause. 03 Avril 2019, la prise de conscience politique de la part de ceux qui ont fait de Conté, Président à vie. 24 ans au pouvoir sans partage. La coalition Contéïste et adepte du pouvoir à vie, vient de se repentir. C’est un méa-culpa qu’elle vient de faire sur sa contribution malheureuse à construire pendant des decennies un clan qui se beurre au detriment de la démocratie et des règles de jeu qui offrent la possibilité à chaque guinéen d’avoir des chances politiques. Pour marquer l’histoire et prouver leur sincérité et la singularité de leur engagement sans faille aux principes démocratiques, ces anciens de Conté opposés à Condé, ont choisi la date du 03 Avril 2019 pour enterrer definitivement la page de l’homme par qui ils jureaient tous à un moment donné de notre. C’est une trahison! Conté au lieu d’être rehabilité a plutôt été enfoncé dans sa tombe.
Au regard de ces tristes constats, je me pose la question de savoir, que reste-t-il de nos répères historiques?
Que veulent les hommes politiques de notre histoire?
Le débat est ouvert!

Marouane Dinguiraye

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepté Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies