La Guinée, le choc des maux (Par Thierno Saala)

Les années 2020 et 2021 pour la Guinée n’augurent pas d’enchantement. De la crise politique à celle sanitaire de la Covid-19 s’ajoutent un marasme économique et une épidemie d’Ebola qui vient de frapper à nos portes.

Tout ce cocktail de maux s’abat sur la Guinée et fait son spectacle dans la société. Pourtant, tout ceci n’est point une fatalité.

Notre pays perd son identifié sociétale, les guinéens ne comprennent plus rien, absolument rien. La recrudescence des maux de façon sporadique devient le vécu du Guinéen sous l’œil et la connaissance d’un gouvernement léthargique.

Ce pays souffre.

Il souffre d’une gouvernance depuis l’indépendance qui peine à rassurer, rassembler, récolter et redistribuer.

Il souffre d’une citoyenneté évaporée, escamoté et triturée.

Il souffre du mépris, de la haine et de la détestation.

Il souffre d’un complexe et d’une indifférence de sa jeunesse.

Il souffre d’un silence coupable de ses sages et religieux, face aux violations.

Il souffre d’extrêmes violences envers la femme et la fille.

Il souffre d’une arène politique devenue un marché financier pour la classe politique.

Il souffre d’une perte d’identité et d’un déracinement sans précédent.

Il souffre d’un système de santé défaillant et d’une éducation à l’agonie.

Il souffre d’une justice aux ordres et à la solde des forts.

Ce pays fait peur, les maux sont énormes.

La Guinée est un pays qui chasse la chicha et accueille la drogue.

C’est un pays qui prive les bons et prime les délinquants.

C’est un pays qui enrichit que les riches et appauvrit les pauvres.

C’est un pays qui rejette la connaissance et enterre ceux qui connaissent.

L’heure est grave ! La paupérisation s’accroit ! L’anxiété s’installe !

L’avenir incertain ! L’espoir déchu !

La Guinée accumule des maux, des frustrations, des péchés !

L’Etat est-il là pour ces citoyens ?

Le citoyen voit il sa place dans le système économique ?

Le peuple se rend il compte de la situation actuelle de son pays ?

Nos maux sont-ils congénitaux ?

La solution est-elle humaine ou divine ?

Voici entre autres des questions qu’il faille se poser dont les réponses sont avec tous les guinéens.

Le long de la route, on obseve les déguerpis observant désespérement leur business de plusieurs années tomber.

Oui, l’Etat peut avoir raison, mais penser aussi aux impacts que cela pourrait avoir sur ces personnes et leur famille et agir conséquemment révèle aussi de la raison.

Dans les quartiers, on voit des familles éplorées toujours dans l’attente d’être édifiées sur la mort de leurs proches et d’une justice de réparation.

Nos prisons sont pleines de détenus qui attendent toujours leur procès et qui ne savent pas pourquoi ils sont incarcérés.

Nos ressources sont chapardées sous le regard des gardiens du peuple.

Nos frontières, fermées depuis plusieurs mois, font flamber nos prix sur le marché et mettent certains agents économiques dans une difficulté économique.

Le taux de change explose, les prix grimpent, le pain, le riz, le sucre, l’huile, la viande deviennent du luxe pour un citoyen ordinaire.

La consommation baisse et le volume des ventes des entreprises chute par conséquent, les emplois vont chuter et la pauvreté augmentera davantage : ceci est une théorie économique basique.

La Covid-19 a décimé nos ressources humaines et freiné notre élan vers le progrès.

Aujourd’hui, c’est Ebola qui réapparaît avec déjà plus de 5 morts et une centaine de contacts.

Tout cela prouve déjà le pétrin dans lequel ce pays s’engouffre.

Oui, c’est au même moment que le Guinéen subit tous ces maux !

Nos ancêtres sont fâchés, nos devanciers sont déçus et DIEU nous a-t-il tourné le dos ?

Non, je pense que DIEU nous aime avec toute cette richesse du sol et du sous-sol.

Nous devons implorer le pardon et semer l’amour.

Nous avons tourné le dos au travail, au respect, à l’amour, à la morale et à l’empathie.

Nous avons perdu les valeurs qui nous rassemblent, qui nous ressemblent et qui nous mettent ensemble.

Faisons renaître en nous la fierté de la Guinée à travers des actes forts qui donnent des signaux forts.

Ceci est un appel à l’introspection et à la remise en cause.

Que nos ancêtres nous pardonnent !

 

Thierno Saala Diallo

Acteur de développement