[Tribune] La Guinée est loin de voir le bout du tunnel

Révolution ou élections ? Le lendemain du pays est couvert de gros nuages et nul peut avec certitude prévoir ce à quoi la Guinée va ressembler au lendemain d’un bras de fer sans fin qui est engagé entre ceux qui veulent coûte que coûte et sans raison valable confisquer le pouvoir à leur profit et d’autres qui veulent à tout prix et sans se soucier du service après-vente, rompre avec l’ordre actuel.
Le pays se retrouve dans un vaste et interminable tourbillon qui met en péril son présent et dégage un avenir sans horizon.
Entre rompre vaille que vaille et se maintenir avec quoiqu’il adviendra, c’est un péril d’ensemble qui s’annonce. Tout le monde sait de quel côté où se situe la vérité et la raison, la normale et la légalité. On a pas besoin de refaire le débat. Car, les règles de jeu sont claires et Alpha Condé ne peut jamais avoir raison.
Faut-il voir le pays sombrer et ne rien dire ou prévenir avec courage pour sauver l’essentiel face à l’apocalypse annoncée ?
Il serait du devoir de chacun et de la responsabilité de tous de penser au lendemain de ce pays. Le pays fait face à trois scénarios possibles qui sont tous calamiteux et qui ne rassurent point un avenir radieux et doux.
Soit, avec les différends politiques actuels, le pays pourra connaitre une rupture totale avec l’ordre institutionnel établi et qui va considérablement affecter la stabilité démocratique et ouvrir la Guinée à une longue transition d’au moins trois (03) ans et qui finira par engloutir de nombreux leaders politiques qui seront frappés par le poids de l’âge.
Soit, ouvrir un long glissement de calendrier qui sera au bénéfice du régime actuel et qui pourra avec cette hypothèse, plonger nos institutions dans une interminable instabilité.
Et enfin, soit, le pouvoir actuel fonce tout droit dans son projet, s’il parvient, c’est un long début d’isolement qui s’annonce. La paupérisation augmente. Le chômage grandissant. Une inflation incontrôlée. Un départ massif de la jeunesse vers un horizon meilleur.
C’est la Guinée qui va s’affaisser et le pays tout entier qui se disloquera.
Il est plus que nécessaire qu’un dialogue soit ouvert et que les guinéens se retrouvent pour parler de leur avenir et destin au moment où il est encore temps.
On peut bien éviter le pire, si chacun met la Guinée en-avant et ses convictions personnelles après.
S’unir ou périr ? C’est aux guinéens de décider. Votre avenir dépendra de ce que vous ferez de votre présent.
Wassalam !

Marouane Dinguiraye

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies