La CPI allège les conditions de mise en liberté de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé

La Cour pénale internationale a autorisé jeudi l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et l’ex-chef des Jeunes patriotes ivoiriens, Charles Blé Goudé, à quitter Bruxelles et La Haye, sous certaines conditions.

La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé jeudi 28 mai une modification des conditions de mise en liberté de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé. Assignés à résidence en Belgique et aux Pays-Bas, depuis leur acquittement en janvier 2019 d’accusations de crimes contre l’humanité et crimes de guerre, l’ancien président ivoirien et l’ex-chef des Jeunes patriotes ivoiriens peuvent désormais quitter leur pays de résidence, sous conditions.

Tout pays dans lequel les deux hommes souhaiteraient se rendre doit notamment accepter au préalable de les recevoir sur son territoire, a indiqué un porte-parole de la Cour basée à La Haye, qui a toutefois rejeté la demande de liberté sans condition présentée par l’ex-chef d’État ivoirien.

Selon RFI, « les deux hommes ne seront plus empêchés de se déplacer en dehors des limites de la municipalité dans laquelle ils résident. Ils n’auront plus à remettre au greffe toutes les pièces d’identité dont ils disposent, en particulier leur passeport. Ils ne devront plus se présenter chaque semaine auprès des autorités de l’État d’accueil ou auprès du Greffe », détaille la radio sur son site.

Lire l’intégralité de l’article sur France24 en cliquant ici 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies