La nouvelle est à vos côtés.

Kindia/Après l’incendie de sa résidence, le préfet parle : ‘’tout ce que j’ai de précieux, le feu a tout consumé’’

La résidence du préfet de Kindia a complètement été consumée dans la nuit de dimanche à lundi 11 mars par le feu. Il n’y a pas eu de perte en vie humaine mais d’importants dégâts matériels ont été constatés. Se trouvant à l’hôpital régional pour des soins intensifs, soufrant de brûlures, c’est ce lundi matin que le préfet de la cité des agrumes s’est exprimé sur l’origine de cet incendie.

C’est aux environs de 20 heures que le feu a pris la résidence du préfet de Kindia N’Fansoumane Touré située à quelques mètres de la protection civile. Interrogé ce matin sur la cause de l’incendie, le préfet de Kindia a répondu en ces termes.

« J’étais au salon après le journal télévisé, l’une de mes filles est venue m’alerter qu’il y a la fumée dans la chambre des enfants, c’en était tout. Je ne sais pas quelle a été la source, la raison fondamentale mais ce qui reste clair, c’est le destin, Dieu a bien voulu que ça soit comme ça », dit le préfet de Kindia.

Malgré l’implication de la protection civile renforcée par la citerne à eau du bataillon en attente de Samoreya, tout a été consumé par le feu.

« Tout a été consumé, j’avais tous mes habits, tout ce que j’ai de précieux ; mes tenues, mes casquettes parce que ce sont ces tenues qui sont faites d’honneur. Donc tout a été consumé et à qui s’en prendre si ce n’est se remettre à Dieu. On se remet donc à lui et qu’il fasse pour que ça ne se passe pas chez autrui », ajoute-t-il.

La protection civile de son côté a essuyé de violents critiques quelques les réseaux sociaux via Facebook pour n’avoir pas réussi à maîtriser le feu.

Pour le commandant des sapeurs-pompiers de Kindia, Ibrahima Sory Kaba, la protection civile c’est l’affaire de tout le monde.

« On a été alertés hier par un motard mais arrivés il y avait déjà un embrasement généralisé, tout le bâtiment avait pris feu. Donc vu la capacité du camion qui est de 3000 litres, on ne pouvait pas faire d’établissement de plusieurs lances. La protection civile n’a pas de religion, ni de couleur et aujourd’hui nous n’avons pas d’équipements pour agir efficacement et si nous ne sommes pas équipés, la population continuera toujours à dire que nous ne sommes pas à la hauteur et comment l’être avec seulement un camion de 3000 litres pour une région et un service à sec ? », interroge-t-il.

mediaguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepté Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies