Info d'ici et d'ailleurs

Kankan : un incendie fait des dégâts au grand marché

Ce jeudi, 7 janvier 2021 en plein centre-ville de Kankan non loin du centre commercial Likida, un incendie d’origine inconnue s’est produit et la centrale artisanale de groupe électrogène en a fait les frais.

Pas de perte en vies humaines, mais des groupes électrogènes d’une valeur de 20.000.000 de francs guinéens selon une des victimes, ont été complètement consumés par le feu.

Sollicitée sur le lieu de ce sinistre, l’unité des sapeurs-pompiers de la ville, n’a pas pu faire mieux que de venir, une vingtaine de minutes après l’extinction des flammes par un groupe de jeunes dévoués du voisinage.

« Les sapeurs-pompiers comme à leur habitude, ils sont arrivés très tardivement. C’est pourquoi dès qu’on a vu les premières flammes, tout en les appelant, on a préféré s’activer nous-mêmes. On n’a pas pu sauver les biens, mais au moins, on a pu éviter que le feu se propage. Ce qui aurait été très dommage, car juste à côté de ce lieu se trouve une station-service », a expliqué Bangaly Sangaré qui a activement participé à la maîtrise du feu avant l’arrivée de l’unité des sapeurs-pompiers.

Poursuivant, il sollicite l’appui des autorités, pour la construction de nouvelles casernes pour les sapeurs-pompiers.

« Les sapeurs-pompiers sont arrivés après l’extinction du feu. Ils ne possèdent qu’une seule base. Quand on les appelle à chaque fois qu’un incendie se déclenche, avant qu’ils ne finissent de se préparer et venir, ils viennent trouver que le feu a fini de ravager. Alors nous demandons au gouvernement de construire au moins une nouvelle base. Car l’unique base actuelle est distante de la ville, alors que Kankan est aujourd’hui très vaste », demande-t-il.

Les soldats du feu comme on les appelle, ont été accueillis par la foule dans une ambiance de moqueries et de rigolades. On pouvait entendre des critiques très acerbes à leur encontre, comme « Les médecins après la mort » ou encore « les extincteurs de fumée » …

Tout compte fait, après avoir installé leurs dispositifs à eau, ces sapeurs-pompiers se sont tout de même rassurés que toutes les petites étincelles de feu soient éteintes.

Après avoir fait son constat et procédé à des questionnements, le commandant de l’unité et ses hommes ont repris le chemin de leur caserne, sans rien dire.

Pour rappel, cela fait plusieurs années que les responsables de cette unité de sapeurs-pompiers à Kankan, se plaignent d’un manque criard de matériels et demandent en aujourd’hui l’assistance des autorités et de personnes de bonne volonté. Ils ne possèdent qu’un seul camion à eau qui manque le plus souvent d’eau.

Lamine Kaba

628862047