Info d'ici et d'ailleurs

Guinée/2ème édition de la Journée Internationale de l’Éducation : Kabinet Keïta sur la crise qui mine le secteur éducatif, dixit « Nous sommes solidaires à tous ces enfants là, qui ne vont pas à l’école pour fait de grève ou de crise ».

À l’occasion de la deuxième édition de la Journée Internationale de l’Éducation, célébrée ce mardi 24 janvier dans l’enceinte de « Billy Université de Conakry (BUC)« . Le président de l’ONG A-SEGKabinet Keïta droit dans ses bottes, est revenu sur la crise qui mine le système de l’éducation suite à la grève générale et illimitée déclenchée par le SLECG du camarade Aboubacar Soumah.

Pour lui, cette grève est abusive et discriminatoire et déplore également cette situation.

« La grève avait un caractère à la fois abusif et discriminatoire (…). Le caractère discriminatoire s’applique aux élèves des écoles publiques qui ne vont toujours pas à l’école tant sur le plan local ici à Conakry qu’à l’intérieur du pays, c’est une situation que nous déplorons », a-t-il lancé en l’encontre des acteurs de l’éducation.

Poursuivant son intervention, précise-til : « Nous sommes solidaires à tous ces enfants-là qui ne vont pas à l’école pour fait de grève ou de crise, nous continuons la lutte et nous allons renforcer notre combat pour aboutir n’est-ce pas à la résolution de ces différents problèmes ».

Par ailleurs, le numéro 1 de l’ONG A-SEGKabinet Keïta dénonce en ces mots : « Nous avons été vers tous les acteurs de l’éducation, mais très malheureusement le SLECG n’a pas eu la courtoisie de nous recevoir pour échanger sur l’ensemble de ces questions ». 

Plus loin ajoute-t-il : « Et donc la partie gouvernementale nous a reçu, nous leur avons faire part de notre motivation, mais par contre le SLECG n’a pas accepté », avant de dire : « et donc la plus belle femme du monde ne peut donner ce qu’elle a, nous avons à faire de notre mieux (…)« .

Pour finir, l’ONG ASEG à travers son président en présence des élèves, étudiants et hommes de médias etc, appelle tous acteurs de l’éducation de privilégier le dialogue en vue de sortir dans cette crise.

Gilbert Tounkara pour flashguinee.info