Journée mondiale de la presse privée : le journaliste Aly Badara Akila fait face au ministre de la justice et défend le syndicat de la presse privée

L’humanité célèbre la journée mondiale de la presse aujourd’hui ce Dimanche, 03 mai 2020. Comme pour la Guinée, les journalistes guinéens célèbrent cette somptueuse journée pour rendre un hommage particulier aux journalistes guinéens qui sont inquiétés dans le pays d’un homme de droit.

Abd Akila est ce journaliste qui n’a pas hésité d’interpeller les autorités guinéennes sur ce qui arrive aux hommes de la plume qui exercent ce métier dans des difficultés, attaques et kidnappings dans le pays d’Alpha Condé.
‹‹ oui c’est la journée mondiale de la presse, je suis très heureux et fier de ma corporation malgré qu’elle est aujourd’hui détesté par certains cadres guinéens. Ce n’est pas qu’une simple journée, il s’agit bien de la liberté de la presse aussi. Pour la Guinée, on sait que cette liberté est remise en cause et certains cadres malhonnêtes sont ceux qui veulent détruire ce noble métier. On a un autre défi a relevé, certains patrons aussi des entreprises médiatiques sont devenus des reporters a la place de leurs employés dans des départements ministériels. Les journalistes souffrent en Guinée, le Gouvernement Guinéen n’accordant pas d’énorme respect a ce noble métier, donne la priorité aussi a certains patrons de la presse privée d’être méchant envers les journalistes ››, a dit l’ancien rédacteur en chef du site flashguinee.info.
En ce qui concerne le ministre de la justice qui est accusé d’être opposé à l’implication du syndicat de la presse privée a la HAC, pour défendre les journalistes dans cette institution, Aly Badara Akila se dit ne pas être étonné de voir le comportement de l’actuel gérant de la justice mais s’inquiète bien de la survie de sa corporation.
‹‹ je ne suis pas du tout épaté du comportement du ministre de la justice. Les journalistes souffrent dans certains médias, le syndicat se bat pour que le journaliste soit protégé au sein de la haute autorité de la communication. Si le ministre se comporte ainsi en refusant cette demande du syndicat, il reviendra désormais a Sidy Diallo de prendre toutes ses dispositions pour répondre farouchement a ce ministre qui ne pense pas du tout a la souffrance des journalistes mais qui préfère soutenir certains patrons lâche des médias privés. Moi je ne peux rien dire de surplus, j’attends que le syndicat réagisse et même si c’est pour manifester nous allons le faire parce qu’il s’agit de nos vies, rien que de ça et c’est ce qu’il faut. Nous attendons la réaction du syndicat face à cette idée moins religieuse du ministre. C’est la journée mondiale de la presse, et c’est le moment opportun pour nous de parler de nos calvaires. Je ne suis contre personne et je ne serai contre ni Adam, ni d’Ève mais je resterai intraitable quand il s’agit de défendre ma liberté. J’ai été insulté, menacé a mort par des personnes mal intentionnées. Et bien avant que moi, nos confrères d’Africa2015 a nostalgie en ont été aussi. Ceux du site visionguinee et même d’autres journalistes. Alpha Condé lui déjà, y’a pas ce qu’il n’a pas dit sur nous. Il nous a traité combien de fois de mal formé ? On nous à bastonné au PM3 de Matam, qu’à-t-il dit ? Il n’a pas dit que c’est parce que nous avons cracher sur les agents ? ‹‹ rire ›› des caméras endommagées, des dictaphones la même chose et même des téléphones volés. Ou en sommes nous aujourd’hui ? Qui a rembourser ?   Ça nous a fait même quoi ? Dés fois on doit prendre notre destin en main même s’il faut pour mourir même a cause de ça ››, a dit Abd Akila journaliste, dans nos micros.
‹‹ avant de mettre ma flèche, je profite de cette occasion pour souhaiter un hommage aussi a nos confrères disparus. Je parle ici de Koula Diallo, Cherif, de Sampil et de tant d’autres journalistes décédés dans cette misère. Levons nous, levons nous contre cette injustice pour qu’on soit aussi considéré. Il s’agit de notre journée, dénonçons cette méchanceté de nos patrons mais aussi de nos autorités qui ne veulent pas nous approchés juste a cause de nos commentaires. Vive la liberté de la presse, bonne fête aux médias guinéens et aussi bonne fête a ses femmes journalistes battantes et a notre syndicat. Lamine Guirassy fera de son mieux donc a nous aussi de l’aider et venir en aide notre syndicat pour que nous soyons tous représentés a la HAC sinon sans quoi, attendons nous aux pires du pharaon encore. Ensemble unis et solidaire nous vaincrons ››, a dit en larme l’actuel rédacteur en chef adjoint de la télévision ATV et animateur culturel a la radio Atlantic fm.
Ce n’est pas qu’Akila seul qui dénonce ce comportement des autorités et de certains patrons des médias privés, sur les réseaux sociaux, les journalistes s’il faut nos confrères s’activent tous dans cette lancée pour répondre aux comportements des autorités.
Bonne fête aux médias sociaux en Guinée et du monde.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies