Info d'ici et d'ailleurs

Ibrahima Sory Dabondy dénonce « on se sent trahis par certains proches du président Cellou… »

Plus de deux mois après la présidentielle du 18 octobre, la page n’est toujours pas tournée à l’UFDG, principal parti d’opposition. Au-delà de la revendication de la victoire de Cellou Dalein Diallo à ce scrutin, des voix s’élèvent pour dénoncer l’attitude de certains responsables du parti. C’est le cas du communicant Ibrahima Sory Camara qui vient de tirer à boulets rouges sur des proches de Dalein.

Dans un entretien qu’il a accordé à nos confrères de médiaguinée ce dimanche, le militant de Dabondy fustige le silence de Fodé Oussou Fofana et Cie face à la situation que traverse la formation politique.

« Depuis la présidentielle du 18 octobre dernier, à l’UFDG, seul Cellou Dalein Diallo parle pour dénoncer ce qui s’est passé et défend le parti. Les autres refusent de parler parce qu’ils ont peur de la prison. Je veux parler de Fodé Oussou Fofana, Alain Touré, Kalemodou Yansané et Aliou Condé », déplore le jeune communicant.

À l’UFDG, on estime que la victoire du parti à la dernière présidentielle est confisquée. Le pire est que plusieurs de ses cadres sont incarcérés à la maison centrale. Pour Ibrahima Sory Camara, c’est en ce moment “crucial » que le parti a de plus besoin du service de ces cadres qu’il dénonce.

« Le parti est dans les moments difficiles mais on n’entend personne. Ousmane Gaoual, Cherif Bah, Cellou Balde et Abdoulaye Bah sont en prison. Notre siège est fermé et les militants sont assis frustrés. Mais pourquoi ces vices- présidents qui ne sont pas arrêtés refusent de prendre la parole ? Pourquoi ils refusent de dénoncer et de défendre le parti ? », s’interroge-t-il.

« Nous les militants du parti, on se sent trahis par ces gens-là. S’il s’agissait de partager les postes de responsabilité, on allait les entendre », conclut Ibrahima Sory Dabondy.

Boubacar Barry