Ibrahima Kassory Fofana sur le retrait de l’OIF au processus électoral :《Il ne ressort pas de la mission de l’OIF de nettoyer le fichier électoral…》

Il y’a de cela 2 ans que la francophonie a pointé la présence problématique de 2 millions  cinq cent milles électeurs sur le fichier électoral guinéen. Invité ce mercredi 26 février 2020 sur la Rfi, le premier ministre guinéen Dr Ibrahima Kassory Fofana, estime que cela ne devrait pas affecté la sincérité des opérations électorales.
<<il y’a un problème politique concernant ces 2 500 000 personnes. Parce que, la loi électorale qui régit les élections devrait être révisée pour permettre d’évacuer les 2 500 000, les personnes qui ne sont pas dans les règles. Malheureusement cette loi n’a pas été révisée parce que l’opposition et la mouvance se sont pas entendu à l’Assemblée et il n’est du ressort de la mission de l’OIF de nettoyer le fichier à l’absence du cadre règlementaire normal>>, a expliqué Ibrahima Kassory Fofana chez nos confrères de la radio France internationale
Pour Don Kass, cela ne devrait même pas  affecté la sincérité des opérations électorales parce que, précise-t-il<< les 2 500 000 personnes sont reparties de manière totalement cohérente avec la réalité actuelle du fichier.  C’est-à-dire, vous pouvez les trouver dans les fiefs de l’opposition comme dans les fiefs de la mouvance. Vous en avez près de 600 000 dans Conakry où tout le monde y est, 400 000 ou plus dans les fiefs de l’opposition, c’est totalement réparti sur l’ensemble de la Guinée.>>
Donc, conclut le premier ministre guinéen :<<ça n’affecterait d’un point de vue statistique la sincérité des opérations>>

Said gaya,pour flashguinee.info

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies